NOUVELLES

Yémen: 4 membres présumés d'Al-Qaïda tués par un drone

21/10/2012 02:06 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST

Quatre membres présumés d'Al-Qaïda, dont un chef local du réseau extrémiste, ont été tués dimanche au Yémen par un raid aérien mené par un drone, vraisemblablement américain, contre leur véhicule dans la province de Marib, à l'est de Sanaa, selon des sources tribale et policière.

"Un drone a tiré un missile sur une voiture à bord de laquelle circulaient quatre membres d'Al-Qaïda, pulvérisant le véhicule et tuant ses occupants", a déclaré à l'AFP une source tribale, qui a requis l'anonymat.

L'attaque a eu lieu en début de soirée dans la région de Hawi/Al-Damachqa, à 17 km à l'est de la ville de Marib, a ajouté la même source.

Une source au sein des services de sécurité, interrogée par l'AFP, a confirmé le bilan de l'attaque, précisant qu'un chef local du réseau extrémiste, Sanad Ouraidan al-Aqili, figurait parmi les quatre morts.

"Les trois compagnons d'Aqili, dont les corps ont été déchiquetés, n'ont pas pu être identifiés pour le moment", a ajouté cette source.

Il s'agit de la deuxième attaque de drone au Yémen en quatre jours.

Jeudi à l'aube, sept membres présumés d'Al-Qaïda, dont un chef local, avaient péri dans une frappe menée par un drone contre une position du réseau extrémiste près de Jaar, dans la province d'Abyane (sud).

Selon un responsable des Comités de résistance populaire, des supplétifs de l'armée, le chef d'Al-Qaïda pour la ville de Jaar, Nader Chaddadi, figurait parmi les morts.

Le 4 octobre, cinq membres présumés d'Al-Qaïda avaient été tués dans une attaque de drone qui avait pris pour cible deux voitures dans la province de Chabwa, dans le sud du Yémen.

Les Etats-Unis, seuls à avoir des drones dans la région, ont mené au cours des derniers mois des raids ciblés contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) dans le sud et l'est du Yémen.

Fin septembre, le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi avait reconnu l'importance du soutien militaire américain dans "l'utilisation des drones, qui permettent de viser une cible sans marge d'erreur".

Al-Qaïda a profité de l'affaiblissement du pouvoir central lors de l'insurrection populaire qui a abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du pays.

Délogé en juin de l'un de ses bastions, la province d'Abyane, le réseau s'est depuis replié dans les zones montagneuses du sud et de l'est du pays, multipliant les attentats contre les responsables locaux, notamment les officiers des services de sécurité.

mou/tm/cnp

PLUS:afp