NOUVELLES

Syrie: Brahimi appelle les belligérants à proclamer unilatéralement une trêve

21/10/2012 05:23 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST

Le médiateur international Lakhdar Brahimi a appelé dimanche les belligérants en Syrie à proclamer "unilatéralement" un cessez-le feu pour la fête musulmane d'al-Adha, à l'issue de ses entretiens avec le président syrien Bachar al-Assad.

"J'en appelle à tous, à chaque Syrien, dans la rue, les villages, aux combattants dans l'armée régulière syrienne et aux opposants, pour qu'ils prennent une décision unilatérale d'arrêter les hostilités à l'occasion de l'Aïd al-Adha (qui sera célébrée le 26 octobre) et que cette trêve soit respectée à partir d'aujourd'hui ou de demain", a dit M. Brahimi à la presse.

L'émissaire international, arrivé vendredi en Syrie pour sa deuxième visite depuis sa prise de fonctions le 1er septembre, a affirmé qu'il s'agit d'une "initiative personnelle, et non d'un plan détaillé de paix. C'est un appel à chaque syrien", a-t-il insisté.

Il a ensuite indiqué avoir contacté des dirigeants de l'opposition civile à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie, et les groupes armés à l'intérieur du pays. "Nous avons trouvé un accueil très favorable à notre appel", a-t-il dit.

"Nous retournerons en Syrie après l'Aïd et si le calme s'installe réellement pendant cette fête nous continuerons à travailler" sur une trêve durable, a-t-il ajouté.

Le président Assad a pour sa part affirmé devant M. Brahimi, qu'il était "ouvert à tous les efforts sincères pour une solution politique à la crise, sur la base du refus de toute ingérence étrangère", selon l'agence officielle Sana.

M. Assad a estimé en outre que toute initiative politique doit se fonder sur "l'arrêt du terrorisme (..) avec l'engagement de certains pays impliqués, de cesser d'héberger, de soutenir et d'armer les terroristes en Syrie".

Le pouvoir à Damas qualifie les opposants et rebelles syriens de "terroristes" et accuse le Qatar, l'Arabie saoudite et la Turquie de les armer.

La révolte populaire contre le régime du président Assad, devenue conflit armé face à une répression sanglante, a fait 34.000 morts en 19 mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

rm/hj

PLUS:afp