NOUVELLES

La Jordanie dit avoir démantelé un réseau lié à Al-Qaïda

21/10/2012 02:07 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST

Les renseignements généraux jordaniens ont annoncé dimanche avoir démantelé un réseau lié à Al-Qaïda prévoyant de mener des attentats suicides visant des centres commerciaux et des intérêts diplomatiques dans le royaume.

"Les renseignements généraux ont démantelé un important réseau terroriste se réclamant de l'idéologie d'Al-Qaïda (...) et arrêté onze membres d'une cellule", a rapporté l'agence officielle Petra.

"La cellule a commencé début juin à planifier des attaques d'envergure contre des centres commerciaux, des zones sensibles et des ressortissants étrangers", a poursuivi l'agence, selon qui des missions étrangères étaient également visées.

Selon Petra, qui a publié des photos des onze hommes, ils avaient mené des opérations de reconnaissance en vue de perpétrer des attaques "à l'aide de ceintures d'explosifs, de voitures piégées, de mitrailleuses et de mortiers".

Le ministre de l'Information Samih Maayatah a précisé lors d'une conférence de presse qu'ils avaient été arrêtés après avoir "passé la frontière depuis la Syrie" voisine en proie à un conflit armé. Ils étaient en possession "d'armes, de mitrailleuses, de mortiers et de plans des lieux qu'ils comptaient attaquer dans le royaume".

Une source judiciaire a confirmé à l'AFP l'arrestation de onze Jordaniens issus de la mouvance salafiste, précisant qu'une enquête avait été ouverte.

Selon cette source qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, ils devront répondre de deux charges devant la Cour de sûreté de l'Etat, un tribunal militaire: "complot en vue de perpétrer des attentats terroristes" et "possession et utilisation de matériel illégal".

Le groupe voulait "terroriser le peuple jordanien et semer le chaos" dans le royaume en perpétrant des attaques, a indiqué Petra.

Selon l'agence, les suspects étaient en contact par internet avec des experts en explosifs d'Al-Qaïda.

Ils repéraient de possibles cibles à Amman, testaient des explosifs après avoir reçu du matériel brut pour fabriquer des engins, et commençaient à sélectionner des candidats pour mener des attentats suicide, selon l'agence.

Parmi leurs pojets figuraient des attaques contre deux centres commerciaux et un attentat d'envergure contre le quartier privilégié d'Abdoun, dans l'ouest d'Amman, où se trouvent des missions diplomatiques, des restaurants, des cafés et des zones résidentielles.

La Jordanie, allié majeur des Etats-Unis, a fait l'objet de nombreuses attaques d'Al-Qaïda ces dernières années, notamment des attentats contre des hôtels à Amman qui avaient fait 60 morts en novembre 2005.

L'ancien chef d'Al-Qaïda en Irak Abou Moussab al-Zarqaoui, tué en 2006 dans un raid américain au nord-est de Bagdad, avait revendiqué la responsabilité de ces attaques. Zarqaoui, né en Jordanie, avait été condamné à mort dans ce pays en octobre 2002 pour l'assassinat d'un diplomate américain à Amman.

Au moins 10 jihadistes ont été arrêtés en Jordanie alors qu'ils tentaient d'entrer en Syrie en avril et juin, selon des dirigeants du courant salafiste.

La Jordanie, qui partage des frontières avec l'Irak, Israël, la Syrie, la Cisjordanie et l'Arabie saoudite, a renforcé les mesures de sécurité à la frontière syrienne depuis le début de la révolte anti-régime en mars 2011.

Jeudi, un responsable salafiste avait indiqué à l'AFP que deux cousins de Zarqaoui avaient été arrêtés à leur retour de Syrie.

str-kt/sbh/sw

PLUS:afp