Fusillade au Wisconsin

Publication: Mis à jour:
(Shutterstock)
(Shutterstock)

L'homme soupçonné d'avoir abattu trois femmes et d'en avoir blessé quatre autres dimanche matin dans un institut de beauté de Brookfield, dans l'État du Wisconsin, s'est enlevé la vie.

Le présumé tireur, Radcliffe Haughton, 45 ans, a été retrouvé mort dans le salon de beauté en après-midi.

Au départ, les autorités policières croyaient que le suspect avait pris la fuite, ce qui avait donné lieu à une chasse à l'homme d'une durée de six heures, forçant la fermeture d'un centre commercial, d'un club de loisirs et d'un hôpital de la banlieue de Milwaukee, à l'est de Brookfield.

Voyant de la fumée émaner de l'édifice de deux étages, une équipe de spécialistes du désamorçage de bombes pensait également qu'il y avait un dispositif explosif artisanal sur place, ce qui n'était finalement pas le cas.

Les autorités policières ont indiqué qu'il leur faudra du temps avant de déterminer exactement les circonstances entourant le drame, précisant qu'elles continuaient d'interroger témoins et secouristes.

Selon le chef de la police de Brookfield, Dan Tushaus, les enquêteurs cherchaient encore tard en soirée à identifier les victimes. Il a précisé que les survivantes étaient âgées de 22 à 40 ans, mais ne savait pas s'il s'agissait d'employées ou de clientes de l'établissement.

Le maire de la municipalité, Steve Ponto, a pour sa part qualifié la fusillade « d'acte insensé de la part d'une personne ».

Dispute conjugale

Lors d'une conférence de presse tenue en soirée, le chef de la police Dan Tushaus a expliqué qu'il y a deux semaines, Radcliffe Franklin Haughton a été arrêté après avoir crevé les pneus du véhicule de sa femme, une employée de l'institut.

À la suite d'une plainte pour violence conjugale, le suspect faisait également l'objet d'une ordonnance d'interdiction de communiquer avec elle pendant quatre ans.

Haughton avait comparu devant la cour du circuit du comté de Milwaukee jeudi dernier, où on lui a aussi donné l'ordre de remettre toutes ses armes au bureau du shérif. On ignore toutefois qui a demandé l'injonction.

Et on ignorait toujours, dimanche soir, si la femme de Radcliffe Franklin Haughton figurait parmi les victimes.

Le père du suspect, Radcliffe Haughton, a accordé des entrevues à une station de télévision et à l'agence Associated Press peu de temps avant que la police n'annonce la mort de son fils.

Depuis la Floride, il a confié lui avoir parlé il y a quelques jours, mais n'avait aucune idée que quelque chose n'allait pas. Il a supplié son fils de se livrer aux autorités. « C'est très triste », a-t-il indiqué après avoir appris son décès.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Brookfield Shooting
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction