NOUVELLES

Violents combats et raids aériens dans la région de Maaret al-Noomane

20/10/2012 03:58 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

L'armée syrienne a de nouveau bombardé samedi matin les alentours de Maaret al-Noomane, une ville clé sous contrôle rebelle dans le nord-ouest de la Syrie, alors que des combats ont lieu sur la route Damas-Alep, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la région de Damas, des colonnes de fumée s'élevaient dans la matinée non loin des résidences de la police alors que des tirs nourris étaient entendus, selon l'OSDH.

Les forces gouvernementales ont arrêté une vingtaine de personnes dans cette ville située à 10 km au nord-est de la capitale, tandis que de violents combats opposaient l'armée aux combattants rebelles près de la localité de Erbine, à 7 km au nord-est de Damas.

"La ville de Maaret al-Noomane et le village de Maar Chamché ont été bombardés par des avions de l'armée", a indiqué l'OSDH sans faire état de victimes.

Cette ONG qui se base sur un large réseau de médecins et militants ajoute d'autre part que "de violents combats opposent les troupes régulières aux combattants rebelles, qui ont attaqué un convoi militaire sur la route Damas-Alep, au sud de la ville de Maaret al-Noomane".

Les rebelles ont coupé il y a une dizaine de jours la route reliant les deux principales villes du pays, Damas et Alep, après la prise de contrôle d'une portion de près de cinq kilomètres de l'autoroute stratégique, cruciale pour les renforts de l'armée.

Vendredi, l'armée de l'air avait bombardé des positions rebelles autour de la base loyaliste de Wadi Deif, assiégée par les insurgés et largué deux bombes à sous-munitions sur Maaret al-Noomane, avait constaté un journaliste de l'AFP, en dépit d'une accalmie relative sur les fronts de Maaret al-Noomane et d'Alep (nord).

Les insurgés, l'OSDH et Human Rights Watch (HRW) ont accusé l'armée syrienne de recourir à ces armes internationalement bannies, mais celle-ci a affirmé lundi ne pas en posséder.

A la périphérie est de Maaret al-Noomane, les insurgés tentent de s'emparer de la base de Wadi Deif, qui abrite 250 soldats, des chars et d'importants réservoirs de carburants. Selon l'OSDH, "au moins 2.500 insurgés" sont engagés dans la bataille. Mais les combats ont baissé en intensité. "Nous attendons des munitions", a expliqué un commandant.

Les violences de samedi surviennent au lendemain d'une nouvelle journée meurtrière ayant fait 133 morts à travers la Syrie, dont 55 civils, 33 rebelles et 45 soldats.

En outre, 37 corps ont été retrouvés dans un cimetière de la ville de Deir Ezzor, certains écartelés et d'autres portant des traces de brûlures. Douze d'entre eux ont été identifiés. Sept autres corps ont été retrouvés dans la province d'Alep et 4 dans celle de Damas.

bur-feb/hj

PLUS:afp