NOUVELLES

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie appelle à un cessez-le-feu pour l'Aïd al-Adha

20/10/2012 02:29 EDT | Actualisé 20/12/2012 05:12 EST

BEYROUTH - Le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a appelé samedi à Damas à une trêve à l'occasion des quatre jours de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha qui commencera le vendredi 26 octobre. Il a prévu de rencontrer dimanche le président syrien Bachar el-Assad.

Arrivé en Syrie vendredi après avoir effectué une tournée des capitales du monde arabe pour recueillir des appuis en faveur d'une interruption des combats, M. Brahimi espère que ces quatre jours de silence entre les insurgés et les forces fidèles au régime ouvriront la voie à un cessez-le-feu plus long.

Bon nombre de pays, dont l'Iran, l'Irak, la Turquie et l'Allemagne, ont appuyé cette idée, mais ni le gouvernement syrien, ni les rebelles n'ont annoncé leur participation à l'initiative.

À la veille de sa rencontre prévue avec Bachar el-Assad, M. Brahimi a rencontré samedi le ministre des Affaires étrangères syrien Walid al-Moallem. Ils ont discuté «des circonstances objectives et rationnelles qui pourraient mettre fin à la violence des deux côtés», selon un communiqué du ministère, publié à l'issue de la rencontre, qui ne fait pas référence à la proposition de trêve de l'ONU.

M. Brahimi ne s'est pas adressé aux représentants des médias.

Par le passé, les forces gouvernementales syriennes et les rebelles ont déjà accepté de suivre des cessez-le-feu avant de les violer rapidement, et peu de signes portent à croire que les deux camps envisagent désormais de suspendre les hostilités.

Des heurts ont eu lieu à travers le pays, samedi. L'Observatoire syrien des droits de l'homme, établi en Grande-Bretagne, a rapporté que plus de 40 civils et combattants rebelles avaient été tués, ainsi qu'une vingtaine de soldats gouvernementaux.

Les militants de l'opposition affirment que plus de 33 000 personnes sont mortes depuis 19 mois de violences.

PLUS:pc