NOUVELLES

Liban: le Premier ministre reste à son poste à la demande du président

20/10/2012 08:50 EDT | Actualisé 20/12/2012 05:12 EST

Le Premier ministre libanais Najib Mikati, dont l'opposition a réclamé la démission après l'assassinat d'un haut responsable de la sécurité, a annoncé samedi qu'il restait à son poste à la demande du chef de l'Etat et dans "l'intérêt national" du pays.

"J'ai assuré au président de la République que je n'étais pas attaché au poste de chef de gouvernement. (Il) m'a demandé de rester car il ne s'agit pas d'une question personnelle mais de l'intérêt national", a dit M. Mikati dans une conférence de presse après une réunion d'urgence du conseil des ministres.

Le président Michel Sleimane lui a demandé de rester pour éviter un "vide politique", a ajouté M. Mikati, précisant que le chef de l'Etat lui avait dit qu'il entendait consulter les principales forces politiques du pays avant de prendre une décision.

"C'est pour cela que j'ai suspendu toute décision jusqu'à ce que le président me communique sa décision", a indiqué M. Mikati.

Un responsable à la présidence a affirmé à l'AFP que M. Mikati "n'avait pas présenté sa démission mais avait exprimé auprès du président son intention de le faire".

Cependant, "la décision a été suspendue en attendant la réunion de la table du dialogue national", a précisé ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Celle-ci était prévue le 12 novembre mais "le président pourrait avancer la date", a précisé ce responsable sous couvert de l'anonymat.

L'assassinat du chef des renseignements de la police libanaise, bête noire de Damas, a créé un séisme politique au Liban.

L'opposition a immédiatement accusé le régime syrien d'avoir commandité l'attentat et appelé à la démission du gouvernement, où le Hezbollah chiite, allié de Bachar al-Assad, joue un rôle prédominant.

"Le maintien de ce gouvernement offre la plus grande protection et couverture pour ce complot criminel", a estimé l'opposition.

rd-ram/sk/feb

PLUS:afp