NOUVELLES
20/10/2012 08:13 EDT | Actualisé 20/12/2012 05:12 EST

Le Koweït annonce des élections parlementaires pour le 1er décembre

KOWEÏT CITY, Koweït - Le gouvernement du Koweït a annoncé samedi que des élections parlementaires auront lieu le 1er décembre, dans une tentative de mettre fin à une période de forte instabilité politique qui a jeté la famille régnante pro-occidentale contre les forces de l'opposition dirigées par les islamistes.

Ces élections, les deuxièmes en un an dans cet État du Golfe riche en pétrole, seront tenues en fonction d'une carte électorale qui a semblé favoriser les islamistes et leurs alliés lors du dernier scrutin, en février.

Une autre victoire de l'opposition accroîtrait la pression sur la famille régnante, la poussant à relâcher son contrôle sur des ministères clés et à imposer des règles plus conservatrices, comme l'interdiction d'événements culturels considérés comme offensant les valeurs islamiques. Cela pourrait également soulever d'autres questions sur l'étroite alliance entre le Koweït et les États-Unis.

La monarchie pétrolière est l'un des plus stratégiques alliés militaires des États-Unis dans le Golfe, son importance ayant même rapidement augmenté après le retrait d'Irak, en décembre dernier, des troupes américaines. Le pays est désormais le centre de la présence terrestre américaine dans la région, où les États-Unis et ses alliés tentent de contrer le développement militaire iranien.

Le parlement koweïtien est celui qui dispose du plus de pouvoir parmi les États du Golfe, et ses membres remettent en question la mainmise de la famille régnante en matière de politiques et de dépenses gouvernementales. Des parlementaires de l'opposition ont fréquemment demandé à ce que des hauts responsables du gouvernement, y compris le premier ministre, soient interrogés.

Les islamistes et les groupes tribaux accusent également la famille régnante d'abuser de son pouvoir, et d'être incapable de renverser le déclin économique des dernières décennies, au profit de rivaux comme Dubaï et Doha, qui sont devenus des plaques tournantes internationales.

PLUS:pc