NOUVELLES
20/10/2012 06:30 EDT | Actualisé 20/12/2012 05:12 EST

Cérémonie pour le 70ème anniversaire de la bataille d'El-Alamein

Plusieurs dizaines d'anciens combattants et des délégations des pays des deux camps ont participé samedi à El-Alamein (Egypte) à une cérémonie pour le 70ème anniversaire de cette bataille, tournant décisif au profit des Alliés durant la 2ème guerre mondiale.

Cette commémoration internationale pourrait être la dernière de cette importance sur ce site en raison du grand âge des derniers combattants, selon des sources diplomatiques.

Souvent en fauteuil roulant ou s'appuyant sur une canne, un mouchoir à la main et la poitrine couverte de médailles, les vétérans aujourd'hui pour la plupart nonagénaires ont parcouru avec émotion les allées de tombes de leurs compagnons d'armes tombés dans cette région désertique bordant la Méditerranée.

"Je suis déjà venu pour les 50ème et 60ème anniversaires, et à chaque fois que je marche entre les tombes de ces jeunes gars, je me sens triste", raconte Joe Madeley, un vétéran australien qui s'est aussi battu il y a 70 ans à Tobrouk, en Libye.

La cérémonie internationale, organisée par la Grande-Bretagne, s'est tenue au cimetière du Commonwealth, où plus de 7.000 tombes des soldats des pays membres de cette organisation issue de l'ancien empire britannique son inhumés, ainsi qu'une centaine de combattants d'autres nationalités.

Parmi les principales personnalités présentes, le ministre de la Défense néo-zélandais Jonathan Coleman, ou le président de la chambre des députés italienne, Gianfranco Fini.

Plusieurs pays étaient représentés par leur ministre chargé des Anciens combattants, notamment le ministre délégué français Kader Arif.

Des cérémonies nationales distinctes ont également eu lieu en plus de la commémoration internationale pour différents pays engagés dans la bataille, notamment dans les cimetières militaires italien (5.200 soldats inhumés) et allemand (4.200).

La bataille d'El-Alamein a débuté le 23 octobre 1942 pour se poursuivre durant une douzaine de jours entre les troupes commandées par le général britannique Bernard Montgomery et celles d'Erwin Rommel, à la tête de l'Afrika Korps allemand.

Tournant majeur du conflit, elle marqua le début du reflux des puissances de l'Axe face aux Alliés en Afrique du Nord, d'où elles partirent définitivement partir l'année suivante.

cr/hj

PLUS:afp