NOUVELLES

Washington condamne un "attentat terroriste injustifiable" au Liban

19/10/2012 04:56 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

Les Etats-Unis ont vivement condamné vendredi l'attentat "terroriste" survenu à Beyrouth, qui a coûté la vie au chef des renseignements de la police libanaise et à sept autres personnes, mais sans accuser directement le régime de la Syrie voisine.

"Nous condamnons dans les termes les plus forts l'attentat terroriste qui a tué le chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI) du Liban, Wissam al-Hassan", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain (NSC) de la Maison Blanche, Tommy Vietor.

L'attentat a visé le général Wissam al-Hassan, un musulman sunnite proche de Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise opposée à la Syrie.

Cet acte fait craindre une reprise des assassinats, comme entre 2005 et 2008, de personnalités libanaises hostiles à Damas, ancienne puissance de tutelle au Liban, et ravive l'inquiétude d'un débordement du conflit syrien.

"Rien ne peut justifier d'avoir recours à l'assassinat politique", a ajouté M. Vietor, sans être plus explicite.

Interrogée pour savoir si cet attentat était lié d'une manière ou d'une autre à la guerre en Syrie, la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland a répondu: "Nous avons dit depuis des semaines et des mois que nous redoutions une montée des tensions, notamment communautaires, au Liban, qui résulterait d'un débordement du conflit en Syrie".

La diplomate a toutefois dit "ne vouloir préjuger de rien avant que les autorités libanaises ne déterminent qui sont les responsables" de l'attentat.

La Syrie, secouée depuis 19 mois par des violences, avait immédiatement condamné un attentat "lâche" et "terroriste" au Liban voisin.

nr/are

PLUS:afp