NOUVELLES

Twitter accepte de retirer des messages jugés racistes et antisémites

19/10/2012 02:50 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST
Capture Twitter

PARIS - Twitter a accepté de retirer des messages racistes et antisémites sous deux mots-clics en français, après qu'une association juive eut menacé de poursuivre le site de réseautage pour non-respect des lois françaises contre les discours haineux, a indiqué l'organisation vendredi. La veille, Twitter avait annoncé avoir bloqué seulement en Allemagne le compte d'un groupe néo-nazi à la demande des autorités locales.

Le site de microblogues est de plus en plus confronté aux lois européennes contre la discrimination, mises en place dans les années ayant suivi l'Holocauste par des gouvernements ayant constaté l'effet des discours haineux dans la tentative d'extermination des juifs par le pouvoir nazi.

Le retrait des messages, qui n'avait pas encore effectué vendredi après-midi, marquerait un nouveau chapitre majeur pour Twitter, qui refusait jusqu'ici de se donner un droit de regard sur le contenu des messages publiés sur son réseau.

Twitter a simplement affirmé vendredi enquêter sur tout signalement de contenu pouvant enfreindre les termes de son service, et réagir en fonction de ses politiques et procédures détaillées sur son site.

Les politiques de Twitter requièrent le respect par les usagers à travers le monde des lois locales sur la conduite en ligne et le contenu acceptable.

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a affirmé vendredi que le réseau social Twitter avait accepté de supprimer les tweets antisémites de son site.

Les avocats de Twitter ont contacté l'association juive vendredi pour leur annoncer qu'à la suite de leur demande, les tweets à caractère antisémite allaient être supprimés.

«L'UEJF a d'ores et déjà collecté un grand nombre de tweets sous les mots-clics #unbonjuif et #unbonmusulman. D'autres suivront», a précisé l'association dans un communiqué publié vendredi. Son président a cependant fait savoir que «l'UEJF fera tout de même appel à la justice pour que cette dernière exige de Twitter qu'elle respecte la loi française et puisse dorénavant fournir les données d'identification des auteurs».

Les tweets antisémites en français, qui ont commencé à être transmis le 10 octobre, incluaient des photos évoquant l'Holocauste. Ils ont été suivis par des tweets offensants contre les musulmans.

Jeudi, Twitter a bloqué en Allemagne un compte néo-nazi, bien que ses messages puissent encore être visibles à tout usager dont les paramètres ne sont pas ceux d'un compte allemand. Les tweets de langue française émanaient de centaines d'usagers ne provenant pas nécessairement tous de France.

Presque immédiatement après que le groupe français eut annoncé son entente avec Twitter, des messages ont surgi contre ce que certains utilisateurs ont perçu comme une attaque envers la liberté d'expression — tous utilisant le mot-clic ayant démarré la vague de tweets racistes le 10 octobre.

INOLTRE SU HUFFPOST

#UnBonJuif : quand Twitter France dérape...