NOUVELLES

Syrie: des pièces du musée de Maaret al-Noomane mises à l'abri (rebelles)

19/10/2012 06:30 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

Les rebelles ont déplacé une partie des collections du musée national de mosaïques de la ville de Maaret al-Noomane, dans le nord-ouest de la Syrie, pour les protéger des bombardements de l'armée , a déclaré à l'AFP un chef insurgé.

Les statuettes de terre cuite, les poteries, dont certaines datent de 2000 avant JC selon leurs affichettes, et les figurines antiques ont été retirées de leurs vitrines et étagères.

"Nous les avons enlevées et placées en un lieu sûr pour les protéger des bombardements", a expliqué à l'AFP le commandant Raëd Mandil. "Elles sont sous la responsabilité d'un cadre du musée".

Ces pièces les plus fragiles du musée avaient été en partie endommagées, certaines réduites en morceaux en tombant de leur présentoir, après l'explosion d'une bombe de très forte puissance larguée par un chasseur-bombardier le 8 octobre.

L'engin s'était abattu au voisinage direct de l'enceinte du musée, un bâtiment du XVIIe siècle, faisant voler en éclat les imposantes portes de bois à l'intérieur du musée.

Le musée national de mosaïques de Maaret al-Noomane est réputé le plus riche en son genre au Moyen-Orient et rassemble des pièces uniques découvertes dans le pays, de l'Antiquité et des époques byzantines et pré-islamiques.

Il a été jusqu'à présent relativement épargné par les pillages. Seule manque apparemment une collection de monnaies de l'ère pré-islamique.

Après avoir servi de position à l'armée loyaliste, le musée est actuellement occupé par un petit détachement rebelle. Ces rebelles accusent les militaires d'en avoir dérobé des pièces.

Les insurgés ont pris le contrôle total le 9 octobre de la ville stratégique Maaret al-Noomane et depuis, elle est la cible de bombardements aériens meurtriers du régime.

Depuis le début de début de la révolte qui s'est transformée en conflit armé, l'extraordinaire patrimoine archéologique syrien est victime des combats et des destructions, mais aussi de vols et de pillages organisés qui se multiplient.

Outre Alep, Damas, l'oasis de Palmyre, le Krak des Chevaliers et les Villages antiques du Nord ont payé un lourd tribut.

hba/ram/tp

PLUS:afp