NOUVELLES

Soudan: 900.000 personnes affectées par la violence au Kordofan Sud et Nil Bleu (ONU)

19/10/2012 09:08 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

Plus de 900.000 personnes sont affectées par les affrontements dans les provinces soudanaises du Kordofan Sud et du Nil Bleu, a estimé vendredi l'ONU, déplorant qu'après plus d'un an de négociations, aucune aide n'a pu être distribuée dans les zones contrôlées par les rebelles.

Dans les zones rebelles "aucun membre des organisations humanitaires n'a pu entrer en provenance du Soudan, et aucune aide alimentaire n'a pu être livrée, malgré des négociations intenses en cours depuis plus de 16 mois", a indiqué le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

Dans l'un de ses communiqués les plus sévères concernant la situation dans ces deux provinces frontalières du Soudan du Sud, l'Ocha souligne qu'une mission conjointe de l'ONU, la Ligue arabe et l'Union africaine pour évaluer les besoins et fournir de l'aide dans toute la zone des combats restait suspendue au "feu vert" des autorités.

Un responsable du Parti du Congrès National (NCP, au pouvoir) Rabie Abdelatti Ebaid, a toutefois rejeté ces accusations, affirmant que "le gouvernement ne retarde pas la distribution de l'aide".

"Notre gouvernement est prêt à distribuer l'aide", a-t-il déclaré à l'AFP, accusant les rebelles d'être responsables du retard, en citant notamment des tirs d'obus meurtriers sur la capitale du Kordofan-Sud il y a quelques semaines.

Le mouvement SPLM-nord a appelé la semaine dernière le gouvernement à accepter la proposition tripartite qui vise à "ouvrir dans les provinces du Kordofan Sud et du Nil Bleu des couloirs d'acheminement d'aide humanitaire sécurisés et sans restrictions."

Selon l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, 175.000 personnes ont quitté la région pour se réfugier au Soudan du sud et 38.000 autres se sont rendues en Ethiopie.

Des statistiques du gouvernement soudanais rapportées par Ocha indiquent qu'à la fin juin, 275.000 habitants des provinces du Kordofan Sud et du Nil Bleu étaient affectés par les affrontements.

Près de 420.000 personnes seraient en outre sévèrement touchées dans les zones contrôlées par les rebelles selon des informations provenant de différentes sources, ajoute OCHA.

"Les Nations unies ne sont pas présentes dans les zones sous contrôle du SPLM-nord et n'a pas pu vérifier ces données. Cela porte à 908.000 le nombre de personnes déplacées ou sévèrement affectées par ce conflit" précise Ocha.

"Il y a eu des efforts sans relâche pour tenter d'obtenir l'accès aux civils affectés par la guerre" souligne l'organisation.

En février, ONU, UA et Ligue arabe ont présenté une proposition tripartite, qui a été avalisée par les rebelles du SPLM-N le même mois puis par Khartoum en juin.

Il y a deux mois, le gouvernement et les rebelles ont signé chacun des mémorandums avec le groupe tripartite pour faciliter la distribution d'aide.

"En dépit de la présentation depuis de différents plans d'actions détaillés, ni le gouvernement ni le SPLM-N n'ont encore accepté formellement un plan d'action concret détaillant les opérations d'évaluation et de distribution d'aide", écrit Ocha.

it/cnp/tp/tg

PLUS:afp