NOUVELLES

Près d'une entreprise sur quatre prévoit augmenter son personnel, selon BMO

19/10/2012 10:31 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

TORONTO - Le plus récent sondage sur l'embauche de la Banque de Montréal (TSX:BMO) fait ressortir une plainte bien connue: la main-d'oeuvre de qualité est difficile à trouver. Le coup de sonde, dont les résultats ont été dévoilés vendredi, indique que 73 pour cent des entreprises canadiennes sont confiantes quant aux perspectives de 2013 et que près d'une entreprise sur quatre prévoit augmenter son personnel.

En fait, le recrutement d'employés est un objectif prioritaire, qui vient au deuxième rang derrière l'amélioration et l'acquisition de matériel.

Des entreprises participantes au sondage ont toutefois affirmé que leur principale difficulté consiste à trouver des employés talentueux et à les retenir.

Près de la moitié de toutes les entreprises sondées — 47 pour cent — ont indiqué avoir plus de difficulté ces derniers temps à attirer une main-d'oeuvre de qualité qu'avant le ralentissement de l'économie.

Les fabricants en particulier — soit 60 pour cent d'entre eux — ont affirmé qu'il était plus ardu de trouver des employés talentueux, tandis que 58 pour cent des détaillants ont indiqué avoir plus de difficulté à retenir les bons travailleurs dans leurs rangs depuis la récession.

Les entreprises albertaines sont les plus nombreuses à dire qu'il est difficile de recruter des personnes talentueuses, avec un résultat de 63 pour cent.

Les intentions d'augmenter le personnel sont similaires d'un bout à l'autre du pays, mais elles sont légèrement plus faibles au Québec, où seulement 17 pour cent des entreprises prévoient d'augmenter leur effectif l'an prochain. Au pays, la moyenne est de 23 pour cent.

Par ailleurs, les grandes entreprises sont deux fois plus nombreuses que les petites à prévoir l'embauche d'employés, soit 45 pour cent contre 22 pour cent.

Le sondage téléphonique a été effectué par Pollara Strategic Insights du 13 août au 5 septembre, auprès d'un échantillon de 500 propriétaires d'entreprise canadiens. Les résultats comportent une marge d'erreur de plus ou moins 4,4 pour cent, 19 fois sur 20.

PLUS:pc