NOUVELLES

Le pétrole finit en nette baisse à New York, déprimé par les entreprises US

19/10/2012 03:25 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse vendredi, avec des courtiers nerveux pour la demande, inquiets des mauvais résultats d'entreprises américaines et déçus par un sommet européen pourtant très attendu.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en novembre a chuté de 2,05 dollars à 90,05 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du pétrole avaient d'abord entamé la séance dans le vert, soutenus par des craintes pour l'approvisionnement en brut aux Etats-Unis, suite à la fermeture provisoire de l'oléoduc Keystone, qui transporte du brut du Canada vers les Etats-Unis. Mais ils ont cédé finalement à la pression baissière du marché.

"Le marché est en baisse en grande partie à cause des mauvais résultats trimestriels" des entreprises aux Etats-Unis publiés depuis la clôture jeudi, a estimé Michael Lynch, de Strategic Energy & Economic Research.

"L'une des grandes questions qui taraude les investisseurs est la reprise de la demande. Or les perspectives offertes par de grands groupes (...) tels que Microsoft (jeudi) et General Electric (vendredi), très révélateurs sur le plan de la consommation des ménages et des dépenses industrielles, n'étaient pas brillantes", a-t-il précisé.

D'autre part, sur le front européen, le peu de progrès observé à l'issue d'un sommet de deux jours de l'Union européenne pour apporter des solutions à la crise de la zone euro a "plombé le moral des opérateurs", a estimé John Kilduff, de Again Capital.

Les dirigeants européens se sont engagés à mettre en oeuvre en 2013 une supervision des banques de la zone euro, étape-clé dans leur stratégie de sortie de crise, mais son entrée en vigueur a été retardée, puisqu'elle est désormais envisagée "courant" 2013 et non plus début 2013.

"L'Europe continue d'être un nuage noir à l'horizon" des marchés, a résumé M. Kilduff.

En outre, alors que la fermeture depuis mercredi soir de l'oléoduc Keystone à cause d'une anomalie sur un tuyau obligeait les raffineries américaines à "trouver en attendant des sources d'approvisionnement alternatives", selon Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, les courtiers prévoyaient un retour à la normale dès ce week-end.

En conséquence, l'effet haussier de l'oléoduc sur les cours "s'est dégonflé", a conclu M. Lynch.

ppa/sl/are

PLUS:afp