NOUVELLES

La Birmanie probable invitée à des manoeuvres militaires américaines (Bangkok)

19/10/2012 11:40 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

La Birmanie devrait être invitée l'an prochain à observer des manoeuvres militaires conduites par les Etats-Unis avec ses alliés de la région, a indiqué vendredi à l'AFP le ministère de la Défense en Thaïlande, pays organisateur de l'exercice.

La décision représenterait un nouveau tournant dans le réchauffement des relations bilatérales, qui ont complètement changé de nature depuis l'avènement à Naypyidaw l'an passé d'un régime d'anciens militaires réformateurs.

"La Birmanie est sur la liste des observateurs mais ce n'est pas encore finalisé", a indiqué le colonel Thanathip Sawangsang, porte-parole du ministère. "Nous allons en discuter lors d'une réunion à venir ce mois-ci".

Un haut responsable des forces armées thaïlandaises a confirmé que la présence birmane était "dans les tuyaux" et relevait d'une initiative américaine. "Si les autres membres sont d'accord (...) cela deviendra officiel", a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat.

L'exercice Cobra Gold est "le plus grand exercice militaire américain dans la région Asie-Pacifique" et "les Etats-Unis sont prêts à considérer une requête du royaume de Thaïlande pour permettre à un petit contingent d'officiers birmans d'y assister comme observateurs", a de son côté affirmé le porte-parole du Pentagone George Little.

Les militaires birmans ne pourront assister qu'à la partie de l'exercice portant sur l'assistance humanitaire et médicale, a-t-il précisé.

La Thaïlande, la Malaisie, l'Indonésie, le Japon, Singapour et la Corée du Sud participeront à la prochaine édition. Treize autres pays seront invités pour observer les manoeuvres.

En février, pour la 31e édition de l'exercice, les Etats-Unis avaient déployé 6.900 militaires. Les épreuves de survie avaient été spectaculaires, avec des soldats forcés de boire du sang de serpent et de décapiter des poulets.

Les relations entre Washington et Naypyidaw ont complètement changé depuis l'auto-dissolution de la junte et la vague de réformes entreprises par le nouveau régime.

Hillary Clinton s'est rendue en Birmanie en décembre et le président Thein Sein aux Etats-Unis le mois dernier. La quasi-totalité des sanctions ont été levées ou sont en passe de l'être.

ask/dr/dla-mra/lor

PLUS:afp