NOUVELLES

Barack Obama pense que Mitt Romney souffre de «Romnésie»

19/10/2012 11:59 EDT | Actualisé 19/12/2012 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le président américain Barack Obama et le candidat républicain Mitt Romney sont revenus aux propos corsés vendredi, après avoir observé une pause la veille pour se moquer l'un de l'autre et d'eux-mêmes dans le cadre d'un événement caritatif.

De façon moqueuse, M. Obama a attribué les changements de position de son adversaire à la «Romnésie», tandis que les républicains ont de nouveau critiqué la gestion de l'administration Obama lors de l'attaque meurtrière du consulat des États-Unis en Libye.

Le débat troisième et dernier débat de la course présidentielle américaine, lundi, se profile à l'horizon. Les deux candidats sont au coude à coude dans les intentions de vote, à 18 jours du scrutin.

Les efforts se concentrent désormais sur les quelques États qui pourraient déterminer l'issue du scrutin. L'élection du 6 novembre est gagnée État par État, et non pas en comptabilisant l'ensemble des votes à l'échelle nationale.

Le président Obama a fréquemment attaqué son adversaire sur sa tendance à changer d'idée sur des questions cruciales comme l'avortement, et a affirmé vendredi que ces revirements étaient attribuables à la «Romnésie».

M. Romney a de son côté attaqué M. Obama sur la réponse de son administration à la suite de l'attaque en Libye, lors de laquelle l'ambassadeur Chris Stevens été tué, dans une tentative de saper l'avantage du candidat démocrate en matière de politique étrangère.

Le président a de son côté insisté sur le fait que les informations sur cette attaque avaient été partagées avec le peuple américain au fur et à mesure qu'elles étaient disponibles. L'attaque fait toujours l'objet d'une enquête, a-t-il précisé jeudi soir lors de son passage au «Daily Show».

Un sondage NBC News/Wall Street Journal/Marist publié jeudi montre que M. Obama est en avance sur son rival en Iowa et au Wisconsin, deux États-clés du Midwest. Le vote par anticipation a déjà commencé dans de nombreux États américains.

Jeudi, Barack Obama et Mitt Romney ont échangé quelques piques et ont tourné la campagne en dérision lors du dîner de gala annuel de la fondation Alfred E. Smith Memorial, un passage obligé pour beaucoup d'hommes politiques américains depuis la Seconde Guerre mondiale.

«J'ai appris que la pire chose qui puisse vous arriver le jour de votre anniversaire de mariage, ce n'est pas d'oublier d'acheter un cadeau», a ironisé Barack Obama, en faisant référence à sa performance médiocre lors du premier débat présidentiel, qui tombait le jour de son anniversaire de mariage avec Michelle Obama.

Mitt Romney a quant à lui lancé une pique à son adversaire, en expliquant que son rival et lui avaient des personnes importantes sur lesquelles compter. «J'ai ma magnifique femme, Ann, et il a Bill Clinton», a-t-il lancé. L'ancien président des États-Unis est un fervent partisan de Barack Obama.

S'adressant à un public très élégamment habillé, le candidat républicain millionnaire a plaisanté: «C'est bien de pouvoir enfin se détendre et porter ce que nous portons avec Ann à la maison».

Le président Obama a enchaîné, en se moquant de la confortable situation économique de son adversaire. «Plus tôt dans la journée, je suis allé faire des emplettes dans quelques magasins du centre-ville. J'ai cru comprendre que le gouverneur Romney était allé acheter quelques magasins du centre-ville», a-t-il lancé.

Soulignant que «Mitt» est en fait le deuxième prénom du candidat républicain, Barack Obama a ironisé: «J'aimerais moi aussi pouvoir utiliser mon deuxième prénom», qui est Hussein.

Le dîner de gala Alfred E. Smith Memorial a été créé en l'honneur de l'ancien gouverneur de New York Al Smith, premier candidat catholique d'un grand parti à l'élection présidentielle américaine.

PLUS:pc