NOUVELLES

Syrie: nouveaux bombardements aériens sur la ville de Maaret al-Noomane

18/10/2012 02:31 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

L'armée syrienne a mené jeudi de nouveaux bombardements aériens sur Maaret al-Noomane, une ville clé sous contrôle rebelle dans le nord de la Syrie, a constaté un journaliste de l'AFP.

Ces bombardements de l'aviation du régime visent en particulier la périphérie est de Maaret al-Noomane, où les rebelles assiègent la base militaire de Wadi Deif encore sous contrôle de l'armée.

Des chasseurs-bombardiers ont survolé Maaret al-Noomane, larguant au moins dix bombes sur la ville et sa périphérie est.

Aucun bilan de ces bombardements n'était encore disponible.

Des mitrailleuses lourdes de la rébellion sont entrées en action à plusieurs reprises pour tenter d'abattre ces avions, sans succès. Mercredi, un hélicoptère de l'armée avait été abattu, alors qu'il survolait la ville à moyenne altitude.

Les rebelles ont débuté vers 08H00 locales un intense bombardement au mortier de la base de Wadi Deif, a-t-on constaté.

Près de 250 militaires fidèles au régime de Bachar al-Assad et une grande quantité de matériel et munitions se trouveraient dans ce camp selon les rebelles.

Toujours selon les rebelles, Wadi Deif contrôlerait un important pipe-line approvisionnant Alep en carburants.

La base est située à deux kilomètres de l'autoroute stratégique Damas-Alep, dont les rebelles tiennent désormais fermement une portion de plusieurs kilomètres.

Mercredi soir, les rebelles se préparaient à un assaut sur la base, promettant une attaque "dans les prochains jours", a-t-on constaté.

Leurs snipers ont ouvert le feu à intervalles réguliers sur la base pendant la nuit. Dans la ville elle-même, dévastée et désertée par une grande partie de sa population, la nuit a cependant été relativement calme.

Des combattants en armes sillonnent les rues, où son postés des 4X4 surmontés de mitrailleuses lourdes guettant les avions de combat.

Des pneus sont enflammés sur les chaussées pour que la fumée noire qui s'en dégage gêne hélicoptères et avions survolant la ville.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'aviation du régime a bombardé les localités de Maarhtat et Bsida, près de Maaret al-Noomane.

Dans la province de Homs dans le centre de la Syrie, Qousseir était assiégée par les troupes gouvernementales -qui ont pris plusieurs villages aux alentours ces derniers jours- et bombardée une nouvelle fois.

Selon le quotidien syrien Al-Baas, l'armée a "tué des dizaines de terroristes" à Qousseir, "resserrant l'étau sur les bandes armées (insurgés, NDLR) basées au Liban opérant le long de la frontière".

Mercredi soir, un nouvel incident frontalier s'est produit près de la frontière syrienne, dans le nord du Liban, avec des échanges de coups de feu qui n'ont pas fait de victime.

A Alep, deuxième ville du pays, l'armée a pilonné les quartiers rebelles de Chaar (est) et de Soukkari (sud-ouest) ainsi que deux villages limitrophes, a indiqué l'OSDH.

D'après le journal Al-Baas, l'armée a concentré ses opérations "sur les secteurs de Sakhour et Chaar (...) et a détruit de nombreux canons et véhicules surmontés de mitrailleuses".

Dans l'est du pays, "un groupe de terroristes armés a attaqué à l'aube à l'aide d'un engin explosif le gazoduc reliant Deir Ezzor à Palmyre et l'oléoduc reliant le champ de Omar à celui de Teim dans la ville de Mrat, au nord de Deir Ezzor, provoquant un incendie", a rapporté l'agence officielle Sana.

Selon une source au ministère du Pétrole citée par Sana, le feu a été maîtrisé après que le pompage a été interrompu. Des travaux sont prévus pour permettre une reprise du pompage dans les prochains jours.

Enfin à Damas, neuf corps ont été retrouvés dans le quartier de Yarmouk, selon l'OSDH, basé en Grande-Bretagne et qui s'appuie sur un réseau de médecins et de militants sur le terrain.

hba-rim/feb/cnp

PLUS:afp