NOUVELLES
18/10/2012 04:00 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

L'intellectuel juif américain Chomsky à Gaza, appelle à la fin du blocus

L'intellectuel juif américain Noam Chomsky a appelé jeudi à la fin du blocus israélien de la bande de Gaza, lors de sa première visite dans cette enclave palestinienne dirigée par le mouvement islamiste Hamas, selon un responsable palestinien.

M. Chomsky, 83 ans, est venu à Gaza comme dix autres universitaires du monde entier pour participer à une conférence sur la linguistique à l'Université islamique.

L'intellectuel américain a "appelé à la fin du blocus israélien sur Gaza", soulignant que "le peuple palestinien a le droit de vivre en paix et de façon libre", selon des propos rapportés par le président du conseil d'administration de l'Université islamique, Jamal al-Khoudari.

Israël impose un blocus à Gaza depuis juin 2006, estimant cette mesure nécessaire pour empêcher l'entrée d'armes dans ce territoire contrôlé par le Hamas.

"Notre voyage vers Gaza a été très difficile, mais nous sommes finalement arrivés ici et j'ai vu des choses que je souhaitais voir", a dit M. Chomsky à l'université, selon des propos retransmis par la télévision.

M. Khoudari, député indépendant de Gaza, a souligné que l'intellectuel américain avait "essayé à plusieurs reprises d'entrer dans Gaza, mais que l'occupant israélien l'en avait empêché".

En mai 2010, M. Chomsky, un linguiste et philosophe, n'avait pas pu entrer en Cisjordanie, où il devait donner une conférence. L'intellectuel doit s'exprimer samedi matin sur le Printemps arabe et la politique américaine dans les pays arabes.

Il va aussi rencontrer plusieurs ONG, notamment de défense des droits de l'Homme, selon M. Khoudari, qui a précisé qu'il devait aussi se rendre dans des camps de réfugiés et a jugé "de telles visites très importantes".

Il a indiqué M. Chomsky et ses pairs avaient organisé leur entrée à Gaza, via le terminal de Rafah, en lien avec les autorités égyptiennes.

Noam Chomsky est un critique virulent de la politique étrangère américaine. Il a souvent dénoncé l'occupation israélienne des territoires palestiniens.

az-jjm/cco/tp

PLUS:afp