NOUVELLES

Le Hamas rejette tout veto israélien sur un futur échange de prisonniers

18/10/2012 05:56 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

La branche armée du Hamas, au pouvoir à Gaza, s'est engagée jeudi à ne plus accepter à l'avenir de veto israélien sur les noms des prisonniers palestiniens libérés contre des Israéliens, à l'occasion du l'anniversaire de l'échange du soldat Shalit.

"Aucun futur échange n'aura lieu sans la libération de ceux que l'ennemi a refusé de relâcher lors de l'échange" de Gilad Shalit contre 1.027 prisonniers palestiniens, a déclaré lors d'une conférence de presse Abou Obeida, porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, l'aile militaire du Hamas.

"Ceci est notre promesse, à court et à long terme", a-t-il proclamé.

"La libération des prisonniers est en tête des priorités des Brigades Ezzedine al-Qassam", a-t-il ajouté.

Succès pour le Hamas, qui l'avait négocié par l'entremise de l'Egypte, l'échange avait néanmoins été critiqué dans l'opinion palestinienne en raison des conditions imposées par Israël et acceptées par le mouvement islamiste.

Il n'incluait en effet pas les prisonniers les plus importants, en particulier Marwane Barghouthi, un des dirigeants de la deuxième Intifada, et Ahmad Saadat, secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP, gauche radicale).

Par ailleurs, l'accord d'échange prévoyait le bannissement de plus de 200 prisonniers libérés originaires de Cisjordanie et Jérusalem-Est, 40 vers l'étranger et les autres dans la bande de Gaza.

Des célébrations se déroulaient jeudi dans la bande de Gaza pour cet anniversaire, avec un défilé dans la matinée de centaines de combattants armés et masqués des Brigades Ezzedine al-Qassam. Le groupe armé doit diffuser ultérieurement une vidéo sur la capture de Gilad Shalit.

Le Hamas a également organisé un rassemblement à Gaza, qui doit débuter vers 13H30 GMT.

Le soldat Gilad Shalit avait été capturé le 25 juin 2006 en territoire israélien à la lisière de la bande de Gaza par trois groupes armés palestiniens, dont les Brigades Ezzedine al-Qassam.

sa-sst/jlr/cnp

PLUS:afp