NOUVELLES

L'ancien président de l'UCI Hein Verbruggen nie soutenir Armstrong

18/10/2012 10:50 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

L'ancien président de l'Union cycliste internationale (UCI), le Néerlandais Hein Verbruggen, a rejeté jeudi des informations du quotidien populaire néerlandais De Telegraaf, selon lesquelles il continuerait à soutenir Lance Armstrong malgré les accusations de dopage contre le Texan.

L'article du journal, qui titrait en Une "Hein Verbruggen: il n'y a pas de preuves contre Armstrong", est "absolument faux et mensonger", a déclaré l'ancien président dans une réaction transmise à l'AFP par l'UCI.

Hein Verbruggen, toujours président d'honneur de l'UCI, l'a dirigée entre 1991 et 2005, période durant laquelle Armstrong a remporté ses sept Tours de France (1999 à 2005).

De Telegraaf citait M. Verbruggen disant "Lance Armstrong n'a jamais été contrôlé positif, même pas par l'Usada" et ajoutant qu'il n'y avait "aucune preuve de dopage".

L'Usada, l'Agence américaine antidopage, a publié la semaine dernière un rapport de 1.000 pages détaillant le rôle de l'Américain dans "le programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport".

Dans son communiqué, M. Verbruggen "proteste avec force contre l'article" du Telegraaf, qui "suggère à tort que j'aurais déclaré que nonobstant le dossier de l'USADA il n'y a pas de preuve à l'encontre de Lance Armstrong".

"Alors qu'on a l'impression qu'il s'agit d'une interview complète, j'ai simplement envoyé quelques SMS à deux personnes pour donner une réaction aux propos de Mme Lemond selon lesquels une somme d'argent aurait été versée afin de couvrir un contrôle positif de Lance Armstrong", ajoute-t-il.

Dans un témoignage sous serment en 2006, évoqué mardi par le New York Daily News et cité par De Telegraaf, Kathy Lemond, épouse de l'ex-coureur Greg Lemond, avait accusé M. Verbruggen d'avoir fermé les yeux sur un contrôle positif d'Armstrong lors du Tour 1999 en échange d'un pot-de-vin de 500.000 dollars de Nike.

Kathy Lemond citait un ancien mécanicien d'Armstrong, qui a depuis nié avoir tenu ces propos, dans un témoignage recueilli par les avocats du coureur. Nike, qui a rompu mercredi son partenariat avec Armstrong, vient aussi de rejeter catégoriquement ces "allégations inacceptables".

"Ma réaction était strictement limitée au fait que Lance Armstrong n'a jamais été contrôlé positif par les laboratoires antidopage, qu'il n'y a pas eu de contrôle positif et qu'il n'y a rien eu à couvrir", ajoute encore Verbruggen dans son communiqué.

Armstrong, qui a toujours nié avoir recouru au dopage, a été radié à vie par l'Usada, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998.

La Fédération internationale de cyclisme (UCI) doit toutefois entériner ces sanctions pour que le nom d'Armstrong soit définitivement rayé des palmarès. Elle doit se prononcer avant la fin du mois.

jhe-mbr/gf/gv

PLUS:afp