NOUVELLES

Boeuf contaminé à l'E. coli: des employés de XL Foods de nouveau mis à pied

17/10/2012 06:08 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST
Alamy

Une filiale d'une entreprise établie au Brésil et qui dit être un important transformateur de protéines animales aux États-Unis et en Australie a annoncé qu'elle assumera la gestion de l'usine albertaine XL Foods au coeur d'un récent rappel de boeuf.

Dans un communiqué de presse émis de son siège social de Greeley, au Colorado, JBS USA précise que l'entente lui procure également une option exclusive d'achat des opérations canadiennes et américaines de XL Foods.

«Nous sommes pleinement conscients du niveau d'engagement nécessaire pour gérer des opérations de haut niveau qui fabriquent des produits sûrs et nutritifs pour les consommateurs de partout au monde», a déclaré Bill Rupp, président et directeur général de JBS USA.

«Nous croyons que notre équipe expérimentée s'avérera un atout de grande valeur dans la gestion de XL Lakeside et nous sommes impatients à l'idée d'explorer nos options pour acheter les actifs de XL dans un avenir rapproché», a-t-il ajouté.

Brian Nilsson, co-directeur général de XL Foods, a émis un bref communiqué de presse en réaction à la nouvelle.

«Ce geste représente un pas positif de plus vers la restauration de la licence de l'usine de boeuf de XL Lakeside de Brooks, Alberta», a-t-il affirmé. «Nous accueillons l'aide de JBS et ses ressources.»

JBS USA est une filiale à part entière de JBS S.A., une société brésilienne.

«Si elle exerce l'option exclusive d'achat des actifs ci-haut mentionnés, ajoute le communiqué de l'entreprise, JBS USA versera 50 millions $ US en argent comptant et 50 millions $ US en actions de JBS S.A.»

«Aucun scénario ne prévoit que JBS USA assumera les dettes ou obligations de XL Foods.»

Il s'agit là d'un développement inattendu dans cette dramatique saga qui a pris naissance le mois dernier lorsque l'usine de Brooks — l'une des plus importantes au Canada en matière de transformation de produits du boeuf — a dû cesser ses opérations en raison d'une contamination à la bactérie E. coli.

Plus tôt mercredi, le maire de la ville de Brooks, Martin Shields, avait raconté que la communauté était en émoi devant les ennuis affligeant XL Foods.

Des centaines de travailleurs de l'usine de XL Foods à Brooks, en Alberta, rappelés au travail mardi ont de nouveau été mis à pied mercredi alors que l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) se préparait à évaluer les installations afin de déterminer si elles pourront reprendre leurs activités.

«Nous sommes en mode de crise», a résumé M. Shields en entrevue avec La Presse Canadienne.

«Il y a tellement de ces gens qui sont venus dans notre pays. Ils s'y sont fait une vie. Et il y a beaucoup de citoyens locaux qui travaillent là-bas également.»

Les quelque 2000 employés de l'usine à l'origine d'un vaste rappel de viande bovine en raison d'un risque de contamination à l'E. coli avaient été mis à pied samedi. Environ 800 d'entre eux sont retournés au travail mardi pour terminer la transformation de carcasses de boeuf dans le cadre de l'évaluation de l'ACIA.

Le président des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), Doug O'Halloran, a expliqué mercredi que les travailleurs rappelés avaient complété leur mission et qu'ils avaient été licenciés de nouveau.

Il a ajouté que le syndicat attendait maintenant le verdict de l'ACIA au sujet de la réouverture de l'usine et qu'il espérait avoir une réponse vendredi ou lundi.

L'organisme fédéral a pour sa part déclaré dans un communiqué publié mercredi qu'il estimait pouvoir terminer son rapport et présenter sa recommandation à Ottawa avant le début de la semaine prochaine.

Il a précisé que l'évaluation porterait notamment sur les mesures de contrôle concernant la bactérie E. coli mises en place par XL Foods, l'hygiène de la viande, les techniques d'échantillonnage et l'hygiène générale des installations, de même que l'analyse des résultats des tests effectuées sur la viande par XL Foods et les inspecteurs de l'ACIA.

L'ACIA n'a toutefois pas donné de détails sur la nature de ces étapes, ni de date possible pour la reprise de la production à l'usine de Brooks.

Mardi soir, l'organisme fédéral a émis un autre rappel de produits de boeuf provenant de l'usine, cette fois-ci pour de la viande bovine vendue sous différentes marques de commerce en Colombie-Britannique et en Alberta.

Le rappel vise maintenant plus de 1800 produits vendus dans 33 chaînes de magasins dans l'ensemble du Canada.

Les installations de XL Foods à Brooks sont fermées depuis le 27 septembre. L'abattoir, qui est le deuxième plus important au pays, n'a plus le droit d'exporter de la viande aux États-Unis depuis le 13 septembre.

Jusqu'à présent, au moins 15 personnes dans quatre provinces, dont quatre au Québec, ont été contaminées par la même souche d'E. coli que celle découverte dans l'usine de XL Foods.