NOUVELLES

Washington satisfait d'avoir parlé des droits de l'homme avec la Birmanie

17/10/2012 07:24 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Les Etats-Unis ont assuré mercredi avoir amorcé un dialogue positif avec la Birmanie sur les droits de l'homme, un dossier sur lequel les deux pays se sont affrontés pendant des années avant les réformes birmanes du printemps 2011.

Une vingtaine de hauts responsables américains, emmenés par le secrétaire d'Etat adjoint à la Démocratie, Michael Posner, ont rencontré les aurorités birmanes dans la capitale Naypyidaw "pour discuter d'un large éventail de questions relatives aux droits de l'homme dans le pays", a indiqué la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland.

"Le ton était très bon (...) Nous sommes plutôt persuadés d'avoir ouvert un canal de communication avec le gouvernement birman pour parler des droits de l'homme et pour continuer de travailler avec eux sur ces questions", a dit la diplomate.

Les relations entre les Etats-Unis et la Birmanie se sont métamorphosées depuis les réformes démocratiques lancées en mars 2011 par le président Thein Sein. Une junte militaire avait dominé ce pays d'Asie du sud-est pendant un demi-siècle, avant de céder la place à un régime civil d'anciens généraux réformateurs.

Convaincu de la sincérité du président birman, Washington avait mis fin en juillet à la plupart des restrictions sur ses investissements en Birmanie, y compris dans le gaz et le pétrole. Un nouvel ambassadeur américain est en poste, une première depuis 22 ans.

En marge de l'assemblée générale de l'ONU fin septembre, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait aussi annoncé que les Etats-Unis allaient ouvrir leur marché aux produits birmans.

La Birmanie a changé de visage également grâce à la levée fin 2010 de la résidence surveillée de l'opposante Aung San Suu Kyi, élue députée en avril dernier, et grâce à la libération de centaines de dissidents.

Washington réclame toutefois la remise en liberté de tous les prisonniers politiques et s'inquiète d'affrontements communautaires entre membres de l'ethnie rakhine, des bouddhistes, et des Rohingyas, une minorité ethnique musulmane apatride dans l'ouest de la Birmanie.

nr/lor

PLUS:afp