NOUVELLES

Un hélicoptère abattu par les rebelles dans une région clé de Syrie

17/10/2012 11:30 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Les rebelles syriens ont abattu mercredi un hélicoptère de combat près de la ville clé de Maaret al-Noomane, que l'armée tente de reprendre aux insurgés, ont affirmé des rebelles et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'hélicoptère a été abattu par les insurgés vers midi heure locale (09H00 GMT) près de la base militaire de Hamdiyé, au sud-est de Maaret al-Noomane, ont indiqué des rebelles à l'AFP.

L'appareil, qui volait à une altitude de 1.500 mètres, a été descendu par des tirs de mitrailleuse lourde anti-aérienne, 14.5 mm. Il a explosé en vol avant de s'écraser en une boule de feu au sol, selon les rebelles.

Un journaliste-citoyen de 18 ans a été tué alors qu'il se rendait sur place pour prendre des images. Il a été repéré par des soldats de la base militaire de Hamdiyé et visé par des tirs de mortiers.

"Les rebelles sont parvenus à abattre un hélicoptère qui participait aux combats à Maarhtat dans la région de Maaret al-Noomane. Les débris de l'appareil ont été vus dans le village (proche) de Bssida", a indiqué l'OSDH.

"C'est la première fois qu'un hélicoptère est abattu dans cette région" de la province d'Idleb (nord-ouest), précise à l'AFP Rami Abdel Rahmane, chef de l'OSDH.

Une vidéo mise en ligne sur internet montre selon les militants l'appareil abattu par les rebelles. On y voit un hélicoptère chuter avant d'exploser pendant que les insurgés crient "Dieu est le plus grand".

L'armée a recours à ses hélicoptères et avions, son principal atout, afin de reprendre aux rebelles cette région stratégique pour le passage de ses renforts vers Alep (nord), deuxième ville de Syrie et théâtre de combats depuis plus de trois mois.

Maaret al-Noomane est tombée entre les mains des rebelles le 9 octobre, entravant l'avancée des approvisionnements de l'armée régulière vers la métropole du Nord. Depuis, les insurgés attaquent systématiquement les renforts qui empruntent cette voie.

Les rebelles ont ainsi attaqué ce matin un convoi de l'armée comprenant six chars qui étaient en route pour prêter main forte aux soldats cantonnés dans la la base stratégique de Wadi Deif, la plus importante d'Idleb.

Ils ont également détruit quatre chars à un barrage près de Khan Cheikhoune, au sud de Maaret al-Noomane.

Depuis plus d'une semaine, les raids aériens et tirs d'artillerie sont incessants dans cette ville et ses environs.

Des troupes syriennes sont toujours assiégées dans la base militaire de Wadi Deif, qui abrite des chars et d'importants réservoirs de carburants. Les rebelles affirment avoir tué plusieurs soldats pendant la nuit dans une attaque à la roquette.

Ailleurs dans le pays, un bébé a été tué à Douma, ville rebelle au nord et de Damas bombardée par les forces régulières.

A Damas, selon une source policière citée par l'agence officielle Sana, "un groupe terroriste armé a tué par balles un haut responsable de la mairie de Damas, Mohammad Taja, devant sa maison dans le quartier de Roukneddine".

La Sana ne précise quand M. Taja a été tué mais selon l'OSDH il a été blessé mardi et est mort mercredi.

A la frontière avec le Liban, les forces du régime ont pris d'assaut la localité de Joussieh, dans la province centrale de Homs, après des bombardements et plusieurs jours de combats.

Selon des militants, l'armée "a incendié des maisons dans cette localité après le retrait des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) de la zone" située dans la région de Qousseir.

"Près de 140 familles ont fui la région de Qousseir ces derniers jours et se sont réfugiées au Liban" en raison des violences, a indiqué une source militaire libanaise à l'AFP.

Selon une source des services de sécurité syriens, l'armée voudrait réduire au plus vite les poches de résistance dans la région de Homs, ce qu'elle n'a pas réussi pour le moment, afin d'envoyer le gros des troupes à la reconquête du nord, quasiment perdu.

ram-rm/sk/cnp

PLUS:afp