NOUVELLES

Un documentaire lève le voile sur l'enfance difficile qu'a eue Anthony Calvillo

17/10/2012 02:51 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

MONTRÉAL - Anthony Calvillo a dit peu de choses au sujet de son passé au cours de sa carrière de 19 ans dans la LCF.

On sait d'emblée que le meilleur passeur de l'histoire de la Ligue canadienne de football a grandi dans un quartier dur de Los Angeles et qu'il a opté pour le football au lieu de la vie de gangs de rue.

Mais, au fil des années, il n'a livré qu'avec parcimonie les épisodes les plus tumultueux de son parcours.

La directrice du documentaire «The Kid From La Puente», Shelley Saywell, lève le voile sur les aspects horrifiants et peu édifiants que le vétéran quart-arrière des Alouettes de Montréal a gardé secret.

On y relate la vie d'un garçon qui grandit à La Puente au sein d'une communauté principalement hispanique, en proie à la criminalité, située à environ 20 kilomètres à l'est de Los Angeles.

Un gamin qui doit composer avec un père violent et alcoolique et un frère aîné David, qui a été entraîné dans un gang de rue et plus tard emprisonné pour tentative de meurtre.

Afin d'éviter de sombrer dans la misère, Calvillo s'est lancé corps et âme dans le sport, particulièrement le football. Il s'évadait sur un terrain dès qu'il avait un moment de libre.

Ressasser tous ses douloureux souvenirs a été éprouvant pour Calvillo, qui fond presque en larmes dans le documentaire, en disant: «C'est ce que vous savez, et vous ne pouvez rien y faire».

Le documentaire présenté à TSN jeudi 20h sera diffusé au Réseau des sports (RDS) dimanche midi. Il fait partie partie d'une série de huit appelée «Engraved on a Nation» (Gravé dans l'histoire).

Calvillo a dit cette semaine être heureux de finalement raconter son histoire.

«Ça n'a pas été une décision facile parce qu'elle impliquait toute ma famille. Nous en avons donc discuté ensemble et chacun était à l'aise d'en parler ouvertement.

«Quand vous partagez des choses qui vous rongent à l'intérieur, ça vous fait du bien d'en parler. Pour moi, j'estimais que c'était une bonne chose pour ma famille de partager des choses que nous n'avions jamais partagées auparavant.»

Calvillo ne peut pas commenter le produit final parce qu'il n'a pas visionné le documentaire dans son intégralité. Et il sera à bord d'un avion, à destination de Regina avec ses coéquipiers, quand le documentaire sera en ondes pour la première fois, jeudi.

La fin est heureuse, évidemment, parce qu'on y relate sa brillante carrière à partir du moment où l'ancien entraîneur de la NFL Jim Zorn le recrute pour évoluer à Utah State, menant les Aggies à la conquête du Vegas Bowl face à Ball State.

N'ayant pas été repêché dans la NFL, Calvillo a fait ses débuts dans la LCF en 1994, à Las Vegas, avant de passer trois saisons dans l'uniforme des Tiger-Cats de Hamilton.

Il a fait ses débuts avec les Alouettes en 1998, à titre de quart substitut à Tracy Ham.

Depuis qu'il est le quart de confiance des Alouettes, Calvillo accumule les honneurs. Il a contribué à trois conquêtes de la Coupe Grey des Alouettes, en plus de mériter trois titres de joueur par excellence de la ligue.

La saison dernière, il a éclipsé les records de passes complétées, de verges gagnées par la passe et de passes de touché de Damon Allen.

Il est bien établi à Montréal, ville natale de son épouse Alexia. Le coupe a deux filles.

Les Calvillo ont dû surmonter quelques obstacles ces dernières années. En 2007, il a dû quitter l'équipe temporairement afin d'être aux côtés de son épouse qui a combattu une forme de cancer.

Puis, en décembre 2010, il a lui-même eu un moment de frayeur à cause du cancer quand il a dû subir l'ablation de la glande thyroïde.

Tous deux sont en santé maintenant, et Calvillo aborde les saisons une à la fois. Il a été chancelant par moments cette saison et l'âge commence peut-être à faire son oeuvre. Mais il domine encore la LCF avec 4499 verges de gains par la passe.

PLUS:pc