NOUVELLES

Tunisie: une journaliste en grève de la faim hospitalisée

17/10/2012 08:23 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Une journaliste du groupe de presse tunisien Dar Essabah, en grève de la faim pour protester contre des pressions du gouvernement, a été hospitalisée mercredi, jour d'un débrayage national de la profession, a constaté un journaliste de l'AFP.

Lamia Cherif, qui ne s'alimente plus avec cinq autres collègues depuis le 12 octobre, a été évacuée sous perfusion par une ambulance. La journaliste paraissait très affaiblie mais elle était consciente.

Les employés du groupe de presse Dar Essabah, qui publie notamment les quotidiens Essabah (en arabe) et Le Temps (en français) sont en conflit ouvert avec leur directeur général Lotfi Touati nommé en août par le gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Ils accusent leur patron d'être soumis aux autorités qui sont elles-mêmes soupçonnées de chercher à contrôler la ligne des médias publics à travers la nomination de directions favorables aux islamistes.

Plusieurs journalistes de Dar Essabah ont entamé début octobre une grève de la faim pour obtenir le départ de M. Touati. Elle a été interrompue un temps pour permettre des négociations avec le gouvernement, mais après l'échec des pourparlers, les six employés ont cessé de s'alimenter.

Les médias tunisiens observaient mercredi une journée de grève nationale pour dénoncer les atteintes à la liberté de la presse orchestrées par le gouvernement.

Le pouvoir rejette ces accusations et assure avoir pour objectif de purger un secteur encore contrôlé par les tenants du régime du président Zine el Abidine Ben Ali, renversé à l'issue de la révolution en janvier 2011.

Dar Essabah était détenu à 80% par Sakher El-Materi, gendre du président déchu, et est passé sous le contrôle de l'Etat après la révolte.

mh-alf/vl

PLUS:afp