NOUVELLES

Tunisie: deux décrets garantissant la liberté de presse seront appliqués (officiel)

17/10/2012 01:06 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Le gouvernement tunisien a annoncé mercredi qu'il allait mettre en oeuvre deux décrets de novembre 2011 garantissant la liberté de la presse et organisant l'audiovisuel, satisfaisant ainsi une revendication du secteur des médias le jour d'une grève des journalistes.

"Le gouvernement a annoncé (...) que la coalition gouvernementale avait décidé de mettre en oeuvre les décrets 115 et 116 qui organisent le secteur de l'information", a indiqué l'agence officielle TAP.

L'application de ces décrets, signés le 2 novembre 2011 par l'ex-président intérimaire de la république, Foued Mebazaa, était bloquée par le gouvernement de coalition dirigé par les islamistes d'Ennahda depuis son arrivée au pouvoir fin 2011.

Les autorités jugeaient ces décrets incomplets mais n'en avaient jamais rédigé de nouveaux si bien que le gouvernement était accusé par des journalistes d'avoir un pouvoir discrétionnaire sur le monde des médias.

Le décret 115 "relatif à la liberté de la presse, de l'imprimerie et de l'édition" résume les droits des journalistes, interdisant notamment des "restrictions à la liberté de circulation des informations" et protégeant les "sources des journalistes".

Le décret 116 crée pour sa part une Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle qui garantit "la liberté de communication audiovisuelle". Cet organe est appelé notamment à délivrer les licences des radios et télévisions tunisiennes.

Zied El Heni membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) s'est dit satisfait de cette décision mais a regretté que le gouvernement ait mis autant de temps à s'y résoudre.

"Nous considérons que cette décision est une réponse à l'une de nos demandes essentielles", a-t-il dit, appelant les autorités à "accélérer l'exécution de cette décision".

"Nous regrettons que tant de temps ait été perdu, nous aurions pu aboutir à ce résultat en évitant au secteur et au pays beaucoup de problèmes et de conflits", a ajouté le responsable syndical.

La coalition gouvernementale --les islamistes d'Ennahda et les partis de centre-gauche Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR)-- avait déjà annoncé le 13 octobre être prête à appliquer le décret 116, mais n'avait pas mentionné le 115, qui est au coeur des préoccupations des journalistes.

L'annonce du gouvernement intervient alors que les journalistes observaient mercredi une journée de grève nationale pour dénoncer les atteintes à l'indépendance des médias.

alf/sbh

PLUS:afp