NOUVELLES

Troubles d'apprentissage : l'école Vanguard pourra recevoir 25 % plus d'élèves

17/10/2012 06:03 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

L'école Vanguard regroupera les élèves de ses trois écoles de Westmount, Saint-Laurent et Laval dans l'ancien orphelinat des Soeurs grises sur le chemin de la Côte-de-Liesse, à Montréal. Cette fusion permettra à l'organisme à but non lucratif de passer de 761 à quelque 950 élèves.

L'édifice inhabité depuis une vingtaine d'années a été acheté pour 10 millions de dollars et nécessitera des investissements du même montant en réaménagement. La valeur foncière du bâtiment est de 4,3 millions de dollars.

Trouver un bâtiment en mesure d'accueillir plus de 800 élèves du primaire et du secondaire n'a pas été facile, mais selonla directrice générale de cette école qui accueille des élèves de niveaux primaire et secondaire, cet ancien orphelinat est l'endroit rêvé.

« Nous allons avoir la possibilité d'avoir certaines infrastructures que nous n'avons pas actuellement. Nous allons avoir un gymnase qui répond aux besoins des élèves, nous allons avoir une bibliothèque », affirme Carolyn Caputo.

Le déménagement permettra aussi de regrouper les ressources et d'offrir encore plus de services aux enfants, ainsi que d'augmenter leur nombre. De 761 élèves actuellement, le nombre pourra atteindre 950.

Jean-François Halin, parent d'élève et membre du conseil d'administration de l'école, estime que les besoins sont « évidents » parce que de plus en plus d'enfants avec des difficultés d'apprentissage « sont diagnostiqués ».

L'école Vanguard n'a bénéficié d'aucune subvention pour ce projet de 20 millions de dollars, mais la vente des écoles actuelles devrait payer l'achat du bâtiment.

L'école à Saint-Laurent a été vendue 4,7 millions de dollars à la Commission scolaire Margueritte-Bourgeoys, celle de Laval 1,7 million à la Commission scolaire de Laval, et reste à vendre celle de Westmount, dont la valeur foncière est de 4,7 millions de dollars.

« On avait assez d'actif pour payer l'édifice principal et pour le restant, ça va être financé. On a eu une très belle entente de financement avec la caisse populaire et l'augmentation des effectifs étudiants va nous permettre de rembourser notre hypothèque », explique Jean-François Halin.

Par ailleurs, l'école Vanguard lancera bientôt une campagne de financement, car l'ancien orphelinat, inutilisé depuis 40 ans, aura besoin d'être réaménagé.

Une école privée, mais d'intérêt public

Les parents n'ont pas à payer pour la scolarité de leur enfant, car les coûts sont défrayés par les commissions scolaires, qui leur envoient certains élèves dont elles ne peuvent s'occuper. Ces dernières s'occupent également du transport scolaire pour les enfants du primaire.

Dans d'autres cas, les parents inscrivent directement leurs enfants s'ils répondent aux critères de l'école. Ils doivent alors s'occuper du transport et les droits de scolarité seront assumés par le ministère de l'Éducation. Les jeunes du secondaire doivent quant à eux se rendre à l'école en transport en commun.

Les élèves de l'école Vanguard ont tous un trouble d'apprentissage assez grave pour mettre en péril leur scolarité, mais leur taux de réussite ferait l'envie de bien des écoles ordinaires.

En plus d'avoir à leur disposition des services d'orthopédagogues, d'orthophonistes et de psychologues, les enfants sont associés avec l'Université McGill, où des spécialistes effectuent des recherches dans le domaine des troubles graves d'apprentissage.

D'après un reportage de Francine Plourde

PLUS: