NOUVELLES

Amphithéâtre : le maire Labeaume fait une sortie en règle contre Chantiers Chibougamau

17/10/2012 07:39 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST
PC

Le maire Labeaume en a visiblement assez de la polémique entourant l'utilisation du bois dans la construction du futur amphithéâtre. En marge d'un cocktail-bénéfice d'Équipe Labeaume qui se tenait mercredi soir à Québec, il y est allé d'une charge virulente contre l'entreprise Chantiers Chibougamau.

Cette dernière ne comprend pas la décision de la Ville de Québec d'exclure le bois de la structure de l'édifice. Chantiers Chibougamau disait travailler depuis des mois avec l'équipe de l'amphithéâtre dans le but d'intégrer le bois dans le concept.

Mercredi soir, le maire Labeaume a été catégorique : si le bois a été abandonné, c'est la faute de l'entreprise Chantiers Chibougamau et de personne d'autre.

Le maire Labeaume a affirmé que l'échéancier fixé aux dirigeants de Chantiers Chibougamau n'a tout simplement pas été respecté. « Ils poussent trop loin. Là, ils pensent gagner ça politiquement. Ce n'est pas un dossier politique. C'est un dossier financier. C'est un dossier technique. On a des contrats qu'il faut qu'on respecte », a fait valoir le maire.

Pour le directeur des communications de l'entreprise Les Chantiers Chibougamau, Frédéric Verreault, sa compagnie n'a jamais voulu politiser ce dossier. Une structure en bois de l'envergure du futur amphithéâtre exige une dérogation de la Régie du bâtiment. Pour y parvenir, il faut avoir tous les plans et devis, ce que nous n'avons pas eu, explique M. Verreault. Ce dernier croit qu'il peut y avoir eu une confusion de part et d'autre sur certaines dates à respecter dans le cadre de ce projet.

La sortie du maire de Québec survient alors que des intervenants de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont mobilisés, mercredi, pour demander l'intervention du gouvernement québécois afin de favoriser l'utilisation du bois dans la construction de l'amphithéâtre.

La section locale de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et plusieurs maires de la région ont interpellé le gouvernement sur cette question.

Plus tôt dans la journée, Régis Labeaume a discuté avec le président de la FTQ, Michel Arsenault. Il lui a rappelé, entre autres, l'échéancier serré du projet et l'absence de garanties de l'industrie du bois.

Michel Arsenault a dit comprendre les explications du maire Labeaume. Néanmoins, il aurait souhaité que le bois et l'acier aient une chance égale dans la construction de l'amphithéâtre.