NOUVELLES

Les autorités russes ouvrent une enquête contre l'opposant Sergueï Oudaltsov

17/10/2012 06:24 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

MOSCOW - MOSCOU (Sipa) — Les autorités russes ont ouvert une enquête contre Sergueï Oudaltsov et plusieurs autres dirigeants de l'opposition accusés d'avoir voulu organiser des émeutes.

Dans un communiqué, le Comité d'enquête russe a annoncé mercredi qu'il allait mener des investigations sur des allégations faites dans un documentaire d'une chaîne de télévision pro-Kremlin selon lesquelles des responsables de l'opposition russe ont comploté avec des dirigeants géorgiens dans le but de renverser le gouvernement. Le dirigeant du Front de gauche Sergueï Oudaltsov ne fait toutefois pas officiellement l'objet d'accusations aussi graves.

M. Oudaltsov, 35 ans, a été un des meneurs des manifestations anti-gouvernementales organisées l'hiver dernier à Moscou, qui se sont déroulées de manière pacifique.

Des enquêteurs, soutenus par des hommes armés portant des cagoules, ont fouillé l'appartement de M. Oudaltsov à Moscou. La maison de ses parents a également été fouillée, selon Violetta Volkova, l'avocate de M. Oudaltsov.

Le documentaire diffusé la semaine dernière sur NTV, une chaîne considérée comme favorable au Kremlin, a montré des images de M. Oudaltsov en train de rencontrer des dirigeants géorgiens. Selon NTV, ils ont discuté de la collecte de 200 millions de dollars (152 millions d'euros) pour lancer des manifestations contre Vladimir Poutine, et d'un projet visant à organiser des émeutes à Moscou.

Le comité d'enquête a annoncé qu'il allait lancer une procédure pénale contre des citoyens russes, mais aussi contre des ressortissants de Géorgie et d'autres pays. Les autorités géorgiennes n'ont pas commenté les allégations de collusion avec l'opposition russe.

M. Oudaltsov a fait savoir pour sa part qu'il avait rencontré "un grand nombre de personnes" récemment pour discuter de collecte de fonds, mais que sa démarche était tout à fait légale. Selon lui, les images montrées dans le documentaire ont été falsifiées.

Une telle "répression contre l'opposition est dangereuse pour ce pays", a déclaré mercredi à l'agence de presse Interfax un militant des droits de l'Homme, Lev Ponomarev. Il a ajouté que les fouilles, effectuées en début de matinée, lui rappelait les méthodes de la police secrète en Union soviétique dans les années 1930.

Le Parti communiste russe, qui forme le plus grand groupe d'opposition au Parlement, a apporté son soutien à M. Oudaltsov, qualifiant d'absurdes les accusations portées contre lui.

pyr/AP-v221/ljg

PLUS:pc