NOUVELLES

Les 49ers disputeront la tête dans l'Ouest contre les Seahawks, veulent rebondir

17/10/2012 07:09 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

SAN FRANCISCO - En octobre dernier, les 49ers de San Francisco étaient seuls en première place et se dirigeaient aisément vers le titre de la section ouest de l'Association nationale, à la première saison de Jim Harbaugh à la barre de l'équipe.

Ce n'est plus le cas cette année, tandis qu'ils se préparent à disputer leur premier match à domicile contre une équipe rivale de leur section — les Seahawks de Seattle —, jeudi soir. Les 49ers, les Seahawks et les Cardinals de l'Arizona sont à égalité en tête de cette section à 4-2.

«Tout le monde dans notre section s'est amélioré», a déclaré le porteur de ballon des 49ers Frank Gore. «C'est O.K., nous sommes à l'aise avec ça. Nous aimons ça corsé. Nous avonc la couenne assez dure pour ça.»

Après avoir fait le plein de confiance en écrasant coup sur coup les Jets de New York et les Bills de Buffalo, les 49ers n'ont pas eu le temps d'analyser ce qui s'était produit dans un revers de 26-3 dimanche dernier contre les champions en titre du Super Bowl, les Giants de New York, au Candlestick Park.

«Tu dois simplement poursuivre ta route, a dit Harbaugh. Tu dois retourner au boulot le plus tôt possible.»

Le centre-arrière des Seahawks Michael Robinson l'a décrit de cette façon: «Sois victime d'un accident de la route, puis tente de revenir au jeu deux jours plus tard. C'est comme ça que tu te sens.»

Ces équipes — les deux dernières gagnantes de leur section — se sont affrontées lors des première et 16e semaines d'activités de la NFL la saison passée, et les 49ers ont éliminé les Seahawks en l'emportant 19-17 à Seattle le 24 décembre. Il s'agissait de la première victoire des 49ers là-bas depuis 2008.

Et Harbaugh a de toute évidence trouvé les failles dans le système de l'entraîneur-chef des Seahawks Pete Carroll, remportant les quatre derniers affrontements entre eux — dont une victoire humiliante de 55-21 du Cardinal de l'Université Stanford (no 25) contre les Trojans de l'Université Southern California (no 11) en 2009.

Mais qu'à cela ne tienne, Carroll croit que ses Seahawks devraient être invaincus.

«Nous avons élevé notre jeu d'un cran et avons adopté une approche différente cette saison, après avoir éprouvé des problèmes d'efficacité l'an dernier», a dit Carroll. «D'après notre évaluation l'an dernier, il y a six matchs qui étaient serrés et que nous aurions pu remporter, et aucun d'entre eux n'a été en notre faveur. Cette année, il y en a eu cinq jusqu'ici, et nous en avons remporté trois.»

Et puis, de la façon dont le calendrier est bâti, les Seahawks auront complété leur série de matchs à l'extérieur contre des rivaux de section après la rencontre de jeudi soir.

Le secondeur des Seahawks Leroy Hill insiste cependant pour dire que ce match n'a pas plus d'importance qu'un autre prévu au calendrier cette saison.

«Nous sommes à 4-2, et c'est un match du jeudi soir. Les gens peuvent faire mousser l'intérêt pour ce match autant qu'ils le veulent, a poursuivi Hill. Mais tant qu'on gagne, et qu'ils gagnent, les matchs revêteront de plus en plus d'importance aux yeux des observateurs.»

Le quart des Seahawks Russell Wilson est d'ailleurs conscient de l'état de la situation — même s'il s'agira de sa première expérience au sein de cette rivalité.

«Depuis que je suis arrivé à Seattle, tout le monde parle de la section ouest et de l'importante de ce match», a reconnu Wilson. «J'ai hâte.»

PLUS:pc