NOUVELLES

La troïka à Chypre la semaine prochaine pour négocier un plan de sauvetage

17/10/2012 02:23 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Le ministre des Finances chypriote Vassos Shiarly a indiqué mercredi que son pays pourrait recevoir une visite de la Troïka (UE, FMI, BCE) dès la semaine prochaine, pour négocier les termes d'un plan de sauvetage de l'économie de l'île.

Interrogé par des journalistes sur une possible reprise des négociations avant la fin du mois, M. Shiarly a répondu que ces discussions pourraient intervenir "très certainement durant la semaine à venir, car (...) le temps nous est compté (...)."

Le ministre des Finances a également indiqué que l'objectif était de parvenir à un accord qui serait présenté à l'Eurogroupe lors de sa prochaine réunion le 12 novembre.

La semaine dernière, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso avait appelé les partis politiques et les syndicats à consentir les "efforts importants" exigés de Chypre pour faire face aux défis de l'austérité, nécessaire à la relance de son économie touchée par la récession.

Selon la presse chypriote, la troïka demande à Nicosie de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions, ainsi que d'augmenter la TVA.

La formule proposée par les créanciers est composée à 80% de réductions des dépenses publiques et à 20% de hausses d'impôts.

D'après un document obtenu par la presse, le gouvernement proposerait d'augmenter ses recettes par des hausses d'impôts et des coupes budgétaires moins drastiques étalées sur une période plus longue que celle avancée par la Troïka.

Le président chypriote Demetrios Christofias entendrait mettre sur la table un plan de réduction du déficit cumulé d'un peu plus d'un milliard d'euros d'ici fin 2016, au lieu des 975 millions réclamés par la Troïka d'ici fin 2015.

cc/srm/tg/sbh/az

PLUS:afp