NOUVELLES

La défense antimissiles, objet d'un exercice majeur américano-israélien

17/10/2012 12:46 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Les Etats-Unis et Israël vont entamer à la "fin octobre" pour trois semaines un exercice majeur de défense antimissiles, qui avait été reporté en janvier, ont annoncé mercredi des responsables des deux pays, afin de pouvoir faire face à une menace balistique iranienne.

L'exercice "Austere Challenge 2012" ("Défi sévère") impliquera 3.500 militaires américains et un millier d'Israéliens, ont affirmé lors d'une audioconférence les responsables de ces manoeuvres, le général américain Craig Franklin et le général israélien Nitzan Nuriel. Un millier de soldats américains devrait pour l'occasion être déployés en Israël.

Il doit permettre d'"améliorer la coopération sur la défense antimissiles d'Israël, de promouvoir la stabilité dans la région, et d'aider à assurer la supériorité militaire" de l'Etat hébreu sur ses voisins, selon l'officier américain.

Les deux hommes le certifient, "si le scénario de l'exercice est inspiré de la situation générale au Moyen Orient, il n'est lié à aucun événement dans la région" ni à "aucune élection", que ce soit la présidentielle américaine ou les législatives anticipées en Israël.

"Le scénario prévoit de faire face à des menaces venus de tous les fronts", a assuré le général Nuriel, tout en précisant: "Chacun peut y voir le message qu'il veut. Le fait que nous nous entraînions et travaillions ensemble est un message fort en lui-même".

L'Iran n'est pas mentionnée, mais son programme nucléaire est au coeur des inquiétudes israéliennes.

"Austere Challenge" devait se dérouler au printemps mais avait été repoussé en janvier "à la demande du gouvernement israélien".

Aucune raison n'avait été avancée sur cette cette décision intervenue pendant une période de tensions avec Téhéran sur la liberté de navigation dans le détroit d'Ormuz et alors que Washington et Tel-Aviv semblaient en porte-à-faux sur le dossier iranien.

Tout au long de l'année, les deux pays ont fait état de leurs dissensions sur l'attitude à adopter face à l'Iran. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a maintes fois brandi la menace d'une attaque imminente contre les installations nucléaires iraniennes tandis que le président Barack Obama plaide pour laisser aux sanctions le temps d'agir.

mra/mdm

PLUS:afp