NOUVELLES

Koweït: abandon des poursuites contre d'ex-députés accusés de corruption

17/10/2012 09:16 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Le ministère public du Koweït a annoncé mercredi l'abandon des poursuites contre 13 anciens députés pour manque de preuves sur des accusations de corruption.

"L'enquête et les interrogatoires n'ont abouti à aucune preuve sur un quelconque crime, de corruption, blanchiment d'argent ou autre contre les suspects dans l'affaire", a annoncé le parquet dans un communiqué.

"En conséquence, le ministère public a exclu tout soupçon de crime (...) et décidé de classer l'affaire", ajoute le communiqué cité par l'agence officielle KUNA.

Les accusations de corruption sont intervenues en septembre 2011 après des révélations d'un journal selon lesquelles des millions de dinars ont été déposés illégalement sur des comptes bancaires d'élus du Parlement de 2009.

L'opposition avait alors estimé à 350 millions de dollars les pots-de-vin versés au profit de ces élus à des fins politiques. Mais l'ancien gouvernement avait nié toute malversation dans cette affaire.

La décision de justice devrait accentuer la tension politique dans l'émirat.

Le ministère public a interrogé quelque 13 ex-députés et les a libérés contre une caution de 18.000 chacun.

Les accusations de corruption et des soupçons sur le transfert par l'ancien Premier ministre de fonds publics sur ses comptes bancaires personnels à l'étranger avaient provoqué des manifestations de rue animées par de jeunes activistes et l'opposition.

Ces manifestations, parfois violentes, ont amené le Premier ministre, cheikh Nasser Mohammad al-Ahmad Al-Sabah, membre de la famille régnante, à démissionner en novembre. Et l'émir du Koweït a dû dissoudre le Parlement et appeler à de nouvelles élections.

Une enquête menée par la Banque centrale a confirmé l'an dernier le transfert de larges sommes d'argent sur des comptes d'anciens députés.

oh/tm/feb

PLUS:afp