NOUVELLES

Israël a calculé le nombre de calories consommées par les Palestiniens de Gaza

17/10/2012 06:35 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

JÉRUSALEM - Israël a calculé le nombre de calories consommées par les Palestiniens de la bande de Gaza de 2007 à 2010 pour éviter la malnutrition pendant le blocus, révèle un document du ministère de la Défense israélien, rendu public mercredi par une décision de la justice.

«Le calcul a été réalisé lorsque l'approvisionnement alimentaire était limité afin d'éviter une crise humanitaire», a déclaré le commandant Guy Inbar, porte-parole de l'armée israélienne.

Israël a calculé 2279 calories par personne et par jour en prenant pour référence les conseils de l'Organisation mondiale de la santé.

Pour l'organisation israélienne de défense des droits de l'homme Gisha, le vrai but de l'État hébreu était d'affaiblir le Hamas, au pouvoir dans ce territoire palestinien depuis 2007.

«Le but officiel de cette politique était de rajuster cette "guerre économique" pour paralyser l'économie de la bande de Gaza et, selon le ministère de Défense, pour exercer une pression sur Hamas», a déclaré Gisha mercredi.

L'armée nie que l'objectif ait été de restreindre l'entrée de biens alimentaires et de produits de base dans la bande de Gaza.

Israël considère la bande de Gaza comme «territoire hostile» à la suite des attaques du Hamas en 2007.

L'État hébreu a décidé de soumettre ce territoire à un blocus, qui comprend notamment des restrictions sur les produits alimentaires de base.

Les autorités israéliennes ont soutenu que le blocus était nécessaire pour affaiblir Hamas. Mais certains ont jugé injuste l'action israélienne, qui touche 1,5 millions de personnes dans ce territoire palestinien.

Israël a déjà été accusé d'avoir établi des directives sur les besoins de base et les luxes superflus. Les militaires auraient ainsi permis l'entrée de saumon surgelé et de yaourts maigres, mais refusé la coriandre et le café.

Le Hamas a contré le blocage en construisant un réseau de tunnels vers l'Égypte pour s'approvisionner en nourriture, en armes et autres produits de contrebande à des prix élevés.

Depuis mai 2010, les biens alimentaires peuvent circuler librement entre la bande de Gaza et Israël, mais les matériaux de construction sont limités, les Israéliens craignant que les Palestiniens s'en servent pour attaquer le sud du pays.

L'État hébreu a maintient néanmoins un blocus maritime par crainte du trafic d'armes.

PLUS:pc