NOUVELLES

En pleine tourmente, les habitants d'Austin, derniers soutiens d'Armstrong

17/10/2012 05:34 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Lâché mercredi par Nike, contraint d'abandonner la présidence de sa fondation, Lance Armstrong peut toujours compter sur le soutien des habitants d'Austin, sa ville d'adoption, pour qui les affaires de dopage ne doivent pas faire oublier la sincérité de son combat contre le cancer.

"Je continue à le soutenir", affirme ainsi Adrian Cortez au guidon de son vélo dans les rues de la capitale texane.

Même si ce n'est pas "moralement correct" de la part du champion de s'être dopé, M. Cortez explique qu'il veut retenir davantage ce qu'Armstrong a fait pour la lutte contre le cancer et les oeuvres de charité, plutôt que ses trophées.

Le cycliste américain, 41 ans et retraité depuis 2011, avait construit sa fondation Livestrong à partir de son histoire personnelle encourageante, d'un survivant du cancer capable de remporter ensuite sept Tours de France.

Mais une semaine après le rapport accablant de l'Agence américaine antidopage (Usada), qui a détaillé son rôle dans "le programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport", l'Américain a annoncé mercredi qu'il était contraint de prendre du champ avec Livestrong.

Le même jour, deux de ses principaux sponsors dont l'équipementier Nike, fidèle allié depuis 1996, l'année où il a appris sa maladie, a coupé les ponts avec le Texan dans un communiqué lapidaire, en raison de "preuves apparemment rédhibitoires sur le fait qu'il s'est dopé et a trompé Nike pendant plus de dix ans".

La firme américaine a toutefois affirmé qu'elle allait continuer à soutenir Livestrong. La fondation a levé plus de 500 millions de dollars pour contribuer à lutter contre le cancer. Armstrong et sa famille ont contribué à hauteur de 6,5 millions de dollars.

"Combattants"

Paradoxalement, les ennuis qui s'amoncèlent au-dessus du cycliste ont un effet bénéfique sur les dons perçus par Livestrong: ceux-ci ont augmenté de 5,4% depuis qu'Armstrong a annoncé, le 23 août, qu'il ne voulait plus combattre les accusations de dopage dont il était l'objet depuis des années.

"La vie est compliquée. Ce n'est pas comme s'il avait volé tout cet argent et l'avait dépensé. Il a quand même réalisé de grandes choses", tient à souligner Molly Sharpe, une mère de famille quittant l'école élémentaire située juste en face du QG de Livestrong à Austin.

Jessica Estrada, entraîneur sportif, espère toutefois que les soucis de Lance Armstrong ne finiront pas par se répercuter sur la fondation.

"J'espère que ça n'aura pas un effet négatif sur Livestrong, parce qu'en dehors du scandale de dopage, il a fait des choses incroyables pour aider les gens", note cette jeune femme qui a perdu son père d'une leucémie en 2006.

Leslie Lucinao, membre du directoire de la Fédération texane de cyclisme, se dit quant à elle "attristée" par l'affaire de dopage, parce que "cela touche la communauté du cyclisme".

Mais malgré cela, "nous croyons dans la mission de sa fondation, nous n'associons pas Lance Armstrong avec Livestrong parce qu'on voit le bon travail qu'ils font", dit Mme Lucinao qui a survécu à des cancers du sein et du rein.

Dans le salon de coiffure juste à côté du QG de la fondation, Mel Martell avoue que la période est éprouvante pour ses amis et clients qui travaillent pour Livestrong: "Ils ont peur que leur emploi soit menacé", raconte-t-elle.

Mais un employé de Livestrong tient à souligner que les salariés de la fondation sont des "combattants". Lui-même a survécu à un cancer de la prostate et plusieurs de ses collègues ont aussi guéri du cancer.

str-mso/bdx/sk

PLUS:afp