NOUVELLES

Début des négociations entre les FARC et la Colombie

17/10/2012 04:17 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Dans le but de mettre un terme à 48 ans de conflit, la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et le gouvernement colombien amorcent un dialogue de paix mercredi, à Oslo, en Norvège.

L'équipe de négociateurs du gouvernement, menée par l'ancien vice-président Humberto de la Calle, a quitté Bogota pour Oslo. Celle des FARC, dirigée par le numéro deux de la guérilla marxiste, s'est envolée de La Havane.

« Nous partons avec de l'espoir, un optimisme mesuré. Certains éléments structurels nous donnent l'espoir de ramener de bonnes nouvelles à la Colombie », a déclaré Humberto de la Calle, avant de quitter Bogota.

Les deux parties ont accepté en août dernier de se retrouver à Oslo pour des contacts préliminaires, avant de poursuivre leurs discussions à Cuba.

Les FARC ont déjà demandé que soient levés les mandats d'arrêt internationaux pesant sur certains de ses membres, dont la Néerlandaise Tanja Nijmeijer - connue sous son nom de guerre Alexandra - pour leur permettre de rejoindre Oslo en toute sécurité.

Dès le début des pourparlers, la guérilla devrait réclamer que soit instauré un cessez-le-feu pour la durée des négociations, ce que le gouvernement de Bogota a jusqu'ici exclu, soulignant même que le processus de paix pourrait être suspendu en l'absence de progrès.

Le président Juan Manuel Santos espère ainsi arracher un accord avec les FARC pour mettre fin à une guerre qui ensanglante le pays depuis presque un demi-siècle. Mais avant lui, plusieurs présidents ont échoué.

Il s'agit d'ailleurs de la quatrième tentative de dialogue entre le gouvernement colombien et la plus ancienne rébellion d'Amérique latine.

Les dernières négociations menées avec les FARC remontent au tournant du siècle. Les rebelles avaient alors obtenu que le gouvernement crée une zone démilitarisée. Le processus a fini par s'effondrer, les autorités ayant accusé les FARC d'avoir profité de la situation pour se réarmer et relancer leur guérilla.

PLUS: