NOUVELLES

Complot contre l'ambassadeur saoudien à Washington: l'accusé plaide coupable

17/10/2012 01:22 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Un Américano-Iranien accusé d'un complot qui, selon les autorités américaines, impliquait l'Iran et visait à tuer l'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis, a créé la surprise mercredi à New York en plaidant coupable de trois chefs d'inculpation retenus contre lui.

"Est-il vrai qu'entre le printemps et l'automne 2011, vous et vos complices (...) qui étaient des responsables de l'armée iranienne, avez accepté d'assassiner l'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis?", l'a interrogé le juge fédéral John Keenan.

"Oui", a répondu Arbabsiar, petit homme frêle et barbu, ancien vendeur de voitures au Texas (sud), qui avait été conduit dans la salle d'audience menotté et sous stricte surveillance, en tenue bleu marine de prisonnier.

Il avait du mal à se souvenir de son âge, "58 ans je pense", et a alterné regards inquiets et sourires en direction du personnel judiciaire.

Le prononcé de sa peine a été fixé au 23 janvier 2013, qui aurait dû initialement être la date de son procès.

Il risque jusqu'à 25 ans de prison.

M. Arbabsiar avait été arrêté le 29 septembre 2011 à l'aéroport John F. Kennedy de New York, et inculpé le 20 octobre suivant, ainsi qu'un complice présumé basé en Iran et jamais arrêté, Gholam Shakuri.

Il avait dans un premier temps plaidé non coupable.

Après son arrestation, ont rappelé mercredi les autorités américaines dans un communiqué, Manssor Arbabsiar avait reconnu avoir avoir été "recruté, payé et dirigé par des hommes qu'il pensait être de hauts responsables des Qods", (forces spéciales des Gardiens de la révolution en Iran), pour faire assassiner l'ambassadeur Adel al-Jubeir, alors qu'il se trouvait à Washington, possiblement au restaurant.

En accord avec ses complices iraniens, il était entré en contact avec un membre d'un cartel de la drogue mexicain --en fait un agent de la DEA (administration fédérale anti-drogue)-- et s'était rendu au Mexique à plusieurs reprises entre mai et juillet 2011 pour le rencontrer et préparer cet assassinat négocié pour 1,5 million de dollars. M. Arbabsiar avait en août 2011 envoyé deux virements de 50.000 dollars à titre d'accompte.

Lors d'une rencontre le 14 juillet 2011 au Mexique, Arbabsiar avait évoqué un "cousin, qui était +un grand général+ dans l'armée iranienne et se concentrait sur des affaires à l'extérieur de l'Iran", selon le communiqué.

Le 17 juillet, il avait insisté sur le fait que l'assassinat devait avoir lieu, même s'il devait faire d'autres victimes, et évoqué un restaurant de Washington fréquenté par l'ambassadeur.

Il a également avoué s'être rendu plusieurs fois en Iran pour rencontrer Gholam Shakuri, présenté comme appartenant aux Qods, ainsi qu'un autre membre de ces forces spéciales, qui avaient approuvé son projet.

Après son arrestation, il avait encore appelé Shakuri qui lui aurait dit de viser la date du 5 octobre pour l'assassinat.

A l'époque de son arrestation, l'Iran avait fermement démenti toute implication. Téhéran a rejeté en bloc les accusations américaines, affirmant que Washington avait monté de "toutes pièces" cette affaire pour créer des divisions entre les pays de la région et faire oublier les problèmes internes aux Etats-Unis et leurs difficultés au Moyen-Orient.

Dans un communiqué mercredi, le ministre américain de la Justice Eric Holder, le directeur du FBI Robert Mueller, et le procureur de Manhattan Preet Bharara ont salué ce développement.

M. Holder a salué à cette occasion "les efforts exceptionnels de nos forces de l'ordre et services de renseignement pour protéger l'Amérique contre les attentats terroristes".

sms-bd/sam

PLUS:afp