NOUVELLES

Canada: la police démantèle un réseau de «cyberprédateurs», 21 arrestations

17/10/2012 03:54 EDT | Actualisé 17/10/2012 03:54 EDT
Shutterstock
sex button on keyboard with...

MONTRÉAL (AFP) - La police fédérale canadienne a annoncé mercredi l'arrestation de 21 "cyberprédateurs" présumés, accusés d'avoir diffusé sur internet des clichés de pornographie juvénile, mais aussi, pour certains, d'avoir abusé d'enfants ou tenté de le faire.

Ce coup de filet, dirigé par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a entraîné l'interpellation de suspects en Alberta, en Saskatchewan, provinces de l'Ouest, au Manitoba, au Centre, mais aussi dans le Nord du Canada, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.

"Aucun d'entre eux n'était en contact direct" avec les autres, a expliqué lors d'une conférence de presse un porte-parole de la GRC. Ils étaient toutefois liés par "leurs activités" consistant à "utiliser les mêmes outils de partage en réseaux (de données), les mêmes technologies et les mêmes logiciels, pour chercher et discuter en ligne avec des enfants", a-t-il ajouté.

L'enquête, lancée en juin, a permis en outre de secourir un garçon de 14 ans, victime d'abus sexuels depuis l'âge de "huit ou neuf ans", selon la GRC, qui avait retrouvé des photos de lui sur internet.

Le coupable a été arrêté et purge actuellement une peine de 30 mois de prison, a précisé la police fédérale, expliquant qu'il s'agissait d'un ami de la famille de la victime qui vivait sous le même toit, en colocation.

La police poursuit son investigation et pourrait procéder à de nouvelles interpellations. Une centaine d'ordinateurs et de disques dures ont d'ores et déjà été saisis.

Cette affaire intervient alors que le Canada est encore choqué par le suicide la semaine passée d'Amanda Todd, une adolescente de 15 ans victime d'intimidation sur le web après qu'un prédateur rencontré en ligne l'eut convaincue de montrer sa poitrine devant sa webcam, se servant ensuite du cliché pour lui faire du chantage.