NOUVELLES

CAN-2013 - Elimination du Sénégal: la décision de la CAF "logique" (Fédération)

17/10/2012 09:59 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

La Fédération sénégalaise de football (FSF) a estimé mercredi que la Confédération africaine de football (CAF) avait pris une décision "logique" en confirmant l'élimination du Sénégal de la CAN-2013 par la Côte d'Ivoire, à l'issue de leur match interrompu à la suite d'incidents.

"C'est une décision qui est dans l'ordre normal des choses. (...) Ce match n'est pas arrivé à son terme. La sanction logique, c'est effectivement de donner un match perdu au Sénégal. (...) La CAF n'a fait qu'appliquer les textes", a déclaré dans un entretien à l'AFP Augustin Senghor, président de la FSF.

"Sur le plan sportif, ça ne change pas grand-chose, parce que au moment où le match s'arrêtait, nous étions menés 2-0, c'est ce score qui a été confirmé par la CAF. Il faudrait simplement que nous accueillions cette sanction avec beaucoup de sérénité et d'humilité", a ajouté M. Senghor.

Dans un communiqué publié mardi, la CAF "a décidé de confirmer officiellement le résultat du match, à savoir 2-0 en faveur de la Côte d'Ivoire (...) et de considérer le Sénégal comme le perdant de ce match et éliminé" de la Coupe d'Afrique des Nations 2013. Selon la même source, "d'autres sanctions (...) pourraient être imposées par la commission de discipline" de la CAF.

Le match, disputé le 13 octobre à Dakar dans le cadre des barrages retour qualificatifs à la CAN-2013, avait été interrompu à la 74e minute à la suite des incidents, puis définitivement suspendu. Le Sénégal avait déjà perdu le match aller 4-2 en Côte d'Ivoire.

"Il est clair que derrière" la confirmation de l'élimination du Sénégal, "il y aura la décision disciplinaire. A ce niveau-là, nous avons des craintes et nous espérons simplement que les instances de la CAF prendront compte du contexte et qu'une sanction lourde ne sera pas appliquée à la Fédération sénégalaise de football", a affirmé Augustin Senghor.

Selon lui, la FSF est en train de "préparer un mémorandum pour expliquer ce qui s'est passé, montrer aussi qu'il n'y avait pas de volonté de nuire ni aux officiels, ni aux spectateurs, ni à l'adversaire".

Il y a eu "des débordements dont nous sommes en train d'essayer de définir les contours parce que, c'est vrai, il y a eu peut-être un peu de mécontentement de la part du public à la suite de deux décisions des arbitres" accordant un coup franc puis un penalty aux Ivoiriens. "On a eu le sentiment que certains au sein du stade s'étaient préparés à accentuer ce mouvement d'humeur et lui donner une portée qui consisterait à nuire au Sénégal", a expliqué M. Senghor.

"Nous pensons que les circonstances qui ont entraîné cela permettent d'espérer une certaine compréhension des instances de la CAF. En tout cas, c'est notre souhait et notre requête". Et si celle-ci est rejetée, "nous assumerons les sanctions, toujours avec beaucoup de sérénité", a-t-il dit.

str-cs/alh

PLUS:afp