NOUVELLES

Barack Obama arrivera-t-il à freiner l'élan de son rival républicain?

17/10/2012 07:54 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

WASHINGTON - Barack Obama a offert une performance énergique lors de son second débat contre Mitt Romney mardi soir, mais une question restait en suspens mercredi: le président réussira-t-il à renverser la vapeur et à freiner l'élan de son rival républicain?

Le président a participé au deuxième débat présidentiel avec le fardeau de sa mauvaise performance au premier débat du 3 octobre, qui lui a fait perdre son avance confortable au niveau national et son avantage dans les États-pivots.

L'équipe Obama s'est dite persuadée que le président avait remporté le débat de mardi, regardé par 65,6 millions de téléspectateurs, selon la firme Nielsen. Mais M. Romney n'a pas voulu céder de terrain mercredi, en rappelant aux électeurs les difficultés économiques vécues depuis le début du mandat de Barack Obama, il y a quatre ans.

Même si le taux de chômage a commencé à baisser aux États-Unis, les sondages montrent que la situation économique reste la principale préoccupation des électeurs, à trois semaines de l'élection présidentielle. Le vote anticipé a commencé dans plusieurs États et 1,3 million d'Américains ont déjà voté.

Les deux candidats sont repartis en campagne sur le terrain mercredi pour communiquer leur message aux électeurs des États-pivots qui pourraient déterminer l'issue de l'élection du 6 novembre.

Barack Obama était dans l'Iowa, tandis que Mitt Romney s'est rendu en Virginie. Les deux candidats ont abordé de nouveau les dossiers de politique intérieure qu'ils estiment avoir le mieux défendus lors du débat de mardi.

Le président a répété son allégation selon laquelle le candidat républicain veut diminuer les impôts de 5000 milliards $US d'ici 10 ans tout en refusant d'expliquer comment il y parviendra sans alourdir la dette du pays. Lors du débat, M. Obama avait déclaré que son rival tentait de vendre aux Américains un «plan vague» qui aura pour effet de hausser les impôts de la classe moyenne.

«C'est la même philosophie qui étrangle les familles de la classe moyenne depuis une décennie», a dit le président Obama lors d'un rassemblement dans l'Iowa.

Alors que les sondages montrent que Mitt Romney affiche un retard considérable sur Barack Obama auprès de l'électorat féminin, le candidat républicain a choisi d'insister sur ce dossier mercredi lors de son passage en Virginie.

«Le président a abandonné les femmes américaines», a déclaré M. Romney, qui estime que les femmes ont été particulièrement touchées par la récession.

La déclaration de Mitt Romney sur des «classeurs remplis de femmes» lors du débat de mardi a suscité de nombreuses moqueries. Il répondait à une question sur l'équité salariale quand il a affirmé qu'il avait fait des efforts pour embaucher des femmes dans son administration quand il était gouverneur du Massachusetts.

«Nous avons fait un effort concerté pour trouver des femmes (...) qui pourraient être qualifiées pour devenir membres de notre cabinet», a dit le candidat républicain. «Je suis allé voir des regroupements de femmes et je leur ai demandé de nous aider à trouver des candidates. Ils nous ont apporté des classeurs remplis de femmes.»

Le mauvais choix de mots du candidat républicain a provoqué une avalanche de commentaires sur les réseaux sociaux. Le mot-clic #bindersfullofwomen est devenu instantanément l'un des plus utilisés sur Twitter.

L'organisation American Bridge, un «super comité d'action politique» qui soutient Barack Obama, a annoncé avoir acheté le nom de domaine BindersFullOfWomen.com pour «éduquer les électeurs sur le véritable bilan de Mitt Romney dans les dossiers importants pour les femmes.»

Les allégations du candidat républicain au sujet des femmes embauchées dans son administration ne sont pas tout à fait vraies. À la fin de son mandat de gouverneur du Massachusetts, il y avait légèrement moins de femmes détenant des positions de haut rang dans son administration que quand il a commencé son mandat, selon le centre d'étude sur les femmes en politique de l'université du Massachusetts.

Les démocrates espèrent que cette expression malheureuse de Mitt Romney nuira à sa réputation chez les femmes. Aux États-Unis, les électrices sont plus nombreuses que les électeurs et elles joueront un rôle de premier plan dans l'élection présidentielle.

PLUS:pc