NOUVELLES

Bahreïn: un militant chiite relâché (avocats)

17/10/2012 01:16 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Un défenseur bahreïni des droits de l'Homme, Mohamed al-Masqati, arrêté mardi pour participation à une manifestation non autorisée de chiites, a été relâché mercredi, ont annoncé ses avocats.

M. Masqati a nié pendant l'interrogatoire avoir participé à la manifestation de vendredi dernier, et il a été en conséquence relâché sur décision du parquet, ont précisé ses avocats.

Ce militant chiite, qui préside la Bahrain Youth Society for Human Rights (opposition), a été convoqué mardi matin par la police qui l'a interrogé avant de le déférer mercredi devant le parquet.

Vendredi, des heurts avaient opposé les forces anti-émeutes à des centaines de chiites qui avaient tenté de défiler dans la capitale, à l'appel du collectif du 14 février animé par des jeunes activistes chiites.

Par ailleurs, le ministère bahreïni de l'Intérieur a annoncé, dans un communiqué, l'arrestation de quatre cyberactivistes pour diffamation de personnalités publiques, et indiqué qu'un cinquième était activement recherché.

Les quatre interpellés ont été déférés devant le parquet après avoir reconnu les faits qui leur sont reprochés, a ajouté le ministère, sans plus de précision.

Dans un communiqué, le procureur général a précisé que les quatre prévenus avaient été accusés du crime de lèse-majesté pour avoir diffamé sur Twitter le roi, Hamad ben Issa Al-Thani.

Ils ont été placés en garde à vue pendant sept jours afin d'achever les interrogatoires, a-t-il ajouté.

Bahreïn est secoué depuis l'an dernier par un mouvement de contestation, animé par des chiites qui réclament une monarchie constitutionnelle dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite dirigé par une dynastie sunnite.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la révolte.

Le ministère bahreïni de l'Intérieur a affirmé pour sa part que 700 personnes avaient été blessées, parmi lesquelles des officiers de police.

bur/mh/

PLUS:afp