NOUVELLES

« Un problème de structure » - Marc Dos Santos

17/10/2012 08:41 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

L'ancien entraîneur-chef de l'Impact de Montréal Marc Dos Santos a sa théorie pour expliquer la déconvenue canadienne, mardi, contre le Honduras.

Pour lui, rien ne peut justifier un résultat aussi sévère. Au-delà de la marque finale inacceptable (revers de 8 à 1), Dos Santos y voit un malaise plus profond qui mine les efforts déployés pour amener le Canada au seuil de la respectabilité.

« Le Canada, c'est quand même par les îles Féroé! C'est grave pour le Canada. Ce n'est pas l'histoire d'un match ou d'un entraîneur. Stephen Hart a beaucoup fait pour l'équipe », a indiqué Dos Santos, mercredi, en entrevue à C'est bien meilleur le matin à la Première Chaîne de Radio-Canada.

Pour Dos Santos, le programme de formation du Canada manque de structure.

« Difficile de dire par où commencer. Mais dans nos centres nationaux de haute performance, il n'y en a pas deux qui travaillent pareil. C'est là où l'on forme les joueurs et il n'y a pas d'unité. Comment peut-on alors avoir une sélection nationale qui pourra se qualifier pour une Coupe du monde? »

Dos Santos estime que les différents intervenants du programme national d'entraînement n'ont pas de vision commune.

« C'est difficile d'aller à la Coupe du monde. Mais le Canada devrait au moins aller au dernier tour en CONCACAF. Je pense que la génération actuelle pouvait le faire. Nous avons des joueurs en MLS et en Europe. Notre différence avec le Honduras n'est pas de 8 à 1. »

Dos Santos va plus loin dans son analyse. « Il ne faut pas s'exciter parce que l'on bat Cuba 3 à 0. À Toronto, Cuba n'avait pas de remplaçant sur le banc. Le Canada peut être bien meilleur. C'est une question de vision et de structure. Il est temps de rendre les choses professionnelles au Canada. »

PLUS: