NOUVELLES

Washington est "déçu" que Londres n'extrade pas un pirate informatique

16/10/2012 02:23 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Washington s'est dit mardi "déçu" par la décision de Londres de ne pas extrader le pirate informatique Gary McKinnon, accusé d'intrusion dans des ordinateurs de l'armée américaine, tout en assurant que son alliance avec le Royaume-Uni n'en souffrirait pas.

"Les Etats-Unis sont déçus par la décision d'interdire l'extradition de Gary McKinnon afin qu'il soit confronté à la justice aux Etats-Unis, après si longtemps", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland, ajoutant que Washington "examinait les détails de la décision" britannique.

M. Gary McKinnon ne sera pas extradé aux Etats-Unis en raison de son état de santé, avait annoncé plus tôt mardi la ministre britannique de l'Intérieur Theresa May, après une saga judiciaire de dix ans. La ministre a souligné que son extradition contreviendrait aux droits de l'homme et ferait courir le risque que M. McKinnon se suicide.

Gary McKinnon, un Britannique de 46 ans qui souffre d'une forme d'autisme, avait été arrêté à Londres en 2002 pour avoir piraté des dizaines d'ordinateurs de l'armée américaine et de la Nasa, laissant 300 appareils d'une base militaire inopérants peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001.

Il n'a pas nié les faits mais a toujours soutenu qu'il ne faisait que rechercher des documents américains secrets prouvant l'existence des extraterrestres.

Interrogée pour savoir si cette décision pouvait affecter la fameuse et historique "relation spéciale" entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni, la porte-parole de la diplomatie américaine a répondu: "Vous savez que nous avons une incroyable alliance (avec Londres) et cela va évidemment se poursuivre sous toutes ses formes".

nr/mdm

PLUS:afp