NOUVELLES

Une offre 50-50

16/10/2012 12:47 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

La Ligue nationale de hockey a présenté une nouvelle offre à l'Association des joueurs (AJLNH) mardi, un mois après le déclenchement du lock-out. Au menu : partage égal des revenus et saison de 82 matchs.

La LNH propose de partager les revenus à parts égales entre joueurs et propriétaires dès le début de l'entente. Aucune diminution salariale n'est prévue pour les joueurs sous contrat, même si leur part des revenus se situait à 57 % sous l'ancien contrat de travail.

« La proposition a été faite dans l'espoir de conclure une entente », a indiqué le commissaire de la LNH, Gary Bettman.

« J'ose espérer que c'est un excellent point de départ et qu'on pourra conclure une entente », a pour sa part lancé le directeur de l'AJLNH, Donald Fehr.

Selon La Presse Canadienne, la LNH souhaiterait encore limiter les contrats à un maximum de cinq ans, tel qu'elle le souhaitait dans sa proposition initiale. Les joueurs accéderaient à l'autonomie complète à 28 ans ou après 8 saisons dans la ligue, soit une année de plus que dans la dernière convention. La durée des contrats de recrues passerait de trois à deux ans.

L'entente proposée serait d'« au moins six ans », selon ce qu'a précisé Fehr.

L'AJLNH ne commentera pas son contenu pour l'instant, a ajouté Fehr.

Les joueurs entendent d'abord étudier et surtout comprendre la proposition dans ses détails avant d'y répondre.

Le calendrier

Une saison de 82 matchs commencerait le 2 novembre. Pour cela, il faudrait que les joueurs répondent favorablement à cette offre dans les 10 prochains jours.

Chaque équipe devrait alors jouer un match de plus toutes les cinq semaines. Selon TSN, la saison se conclurait à la fin avril et la Coupe Stanley serait disputée jusqu'à la fin juin, soit deux semaines plus tard qu'à l'habitude.

Cette offre est apparue comme une surprise pour plusieurs observateurs. Dans les dernières semaines, les discussions entre les deux clans portaient essentiellement sur les enjeux secondaires, tandis que les questions économiques centrales, au coeur du conflit, étaient évitées.

Les joueurs réagissent

Présent dans la cour adjacente au Centre Bell pour une partie de hockey-balle improvisée, l'attaquant du Canadien Brandon Prust n'a pas caché son enthousiasme.

« C'est bon, ça va dans la bonne direction, on faisait du surplace depuis quelque temps. En espérant que ça fasse démarrer les choses », a dit Prust.

Son coéquipier Colby Armstrong a fait preuve de davantage de retenue.

« Ma réaction initiale était la même que depuis le début. Je suis resté calme. On va voir ce que les avocats vont y trouver et si ça correspond à ce qu'on recherche », a mentionné l'ailier.

Pascal Dupuis, des Penguins, se range quant à lui dans la catégorie des sceptiques.

« Leur première offre était tellement basse à 43 % que là, ils arrivent à 50-50 et ont l'air d'avoir fait un gros pas dans la bonne direction. C'est encore 12 % de moins que ce qu'on avait l'an passé. Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure offre. »

Le vétéran de 33 ans croit qu'il y a place à l'amélioration pour les joueurs.

« Je ne pense pas qu'on va commencer à jouer le 2 novembre avec cette offre. Ils peuvent négocier, ils ont 10 jours, mais si on peut négocier en partant de cette offre-là, ça peut être de bon augure. »

PLUS: