NOUVELLES

Tunisie: un important mausolée soufi incendié près de Tunis

16/10/2012 12:14 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Un des principaux mausolées soufis de Tunisie, la zaouia Saïda Manoubia en banlieue de Tunis, a été incendié dans la nuit de lundi à mardi, a constaté un journaliste de l'AFP, alors que les attaques salafistes contre ce type de sites se multiplient selon les autorités.

Le mausolée, qui contient les restes de la sainte Saïda Aïcha Manoubia, a été attaqué par cinq hommes cagoulés qui sont entrés à l'aide de cordes depuis le toit, a expliqué à l'AFP Melika, une employée du lieu de culte situé à La Manouba, dans la banlieue ouest de Tunis.

Equipés de pneus et d'essence ils ont incendié le mausolée qui a été entièrement ravagé par les flammes. Les assaillants, armés de couteaux, ont aussi volé les bijoux des quatre employées présentes, dont Melika.

Des centaines de Tunisois se sont rendus sur place mardi pour constater les dégâts, ainsi que le chef de la police et des responsables politiques de la région.

Les autorités n'ont donné aucune indication sur l'enquête, alors que les attaques de ce type imputées aux groupuscules intégristes salafistes se sont multipliées.

Au moins trois autres mausolées soufis, la mystique musulmane, ont été entièrement détruits et plusieurs autres ont été contraints à la fermeture ces derniers mois, selon le ministère des Affaires religieuses.

Les tenants du salafisme, une mouvance sunnite rigoriste, considèrent les mausolées soufis comme blasphématoires, des saints y étant honorés et non Dieu.

Les partisans du salafisme jihadiste seraient entre 3.000 et 10.000 en Tunisie et sont responsables de plusieurs coups d'éclat, parfois sanglants, depuis la révolution de 2011. Le gouvernement, dominé par le parti islamiste Ennahda, est lui régulièrement accusé de complaisance à leur égard.

Ce courant radical est notamment accusé d'avoir organisé l'attaque le 14 septembre contre l'ambassade des Etats-Unis à Tunis (quatre morts parmi les manifestants) pour protester contre un film islamophobe produit aux Etats-Unis et diffusé sur l'internet.

photo-alf/feb

PLUS:afp