NOUVELLES

Russie: le PM Dimitri Medvedev lance une offensive contre le tabac

16/10/2012 10:53 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

MOSCOU - Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a lancé mardi un plan de lutte contre le tabac visant à supprimer la publicité pour le tabac, à l'interdire dans les lieux publics d'ici 2015 et à augmenter le prix des paquets de cigarettes.

Dans un message vidéo posté sur son blogue mardi, le chef du gouvernement appelle les citoyens russes à soutenir son projet de loi, insistant sur le fait qu'il vise les compagnies de tabac et non pas les fumeurs.

«Nous ne tolérerons pas que les compagnies de tabac fassent des bénéfices sur le dos de nos enfants, en les convaincant de devenir des fumeurs. C'est immoral», déclare-t-il.

Le gouvernement doit étudier ce projet de loi ce mois-ci avant qu'il ne soit soumis aux deux chambres du Parlement.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 40 pour cent des adultes russes fument, soit 44 millions de personnes dépendantes du tabac, des chiffres parmi les plus élevés au monde. Le nombre de fumeuses a également explosé, passant de 7 pour cent en 1992 à 22 pour cent en 2009, selon l'OMS.

Le nombre de fumeurs a augmenté ces dernières décennies en Russie, où les prix du tabac n'ont jusqu'à présent quasiment pas été régulés et la publicité très peu limitée.

Un paquet de cigarettes coûte en Russie, entre 1 $ US et 2 $ US et des nuages de fumée planent dans la plupart des cafés et restaurants russes.

Évoquant les quelque 400 000 Russes qui meurent chaque année des effets du tabac, Dimitri Medvedev a déclaré: «Ce sont des chiffres effrayants, cela équivaut à la population d'une grande ville».

Selon le premier ministre russe, les mesures gouvernementales devraient protéger les enfants et les adolescents. Il affirme que 90 pour cent des fumeurs commencent à fumer avant l'âge de 20 ans.

«Nos enfants s'habituent à la fumée de cigarettes lorsqu'ils sont encore bébés et ils fument leur première cigarette au collège. C'est pourquoi on peut dire que la décision de fumer n'est pas le résultat d'un libre arbitre», ajoute le premier ministre russe.

D'après Oleg Salagaï, un responsable du ministère de la Santé interrogé par l'agence de presse Interfax, le gouvernement espère que ces mesures permettront de diviser par deux le nombre de fumeurs.

cc/AP-v0221/cf

PLUS:pc