NOUVELLES

Les compagnies aériennes réclament une simplification des contrôles de sécurité

16/10/2012 02:26 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

ABOU DHABI, Émirats arabes unis - La sécurité des aéroports doit subir une restructuration radicale pour éviter le mécontentement des passagers et la saturation des terminaux, ont estimé mardi les compagnies aériennes réunies lors d'une conférence internationale de l'aviation à Abou Dhabi, aux Émirats Arabes Unis.

«En l'état actuel des choses, nous ne pouvons pas faire face au volume de passagers», a expliqué Tony Tyler, le chef de la direction de l'association internationale du transport aérien (IATA).

Selon lui, d'ici 2020, les gouvernements seront amenés à mettre en place «des postes de contrôle du futur», dans lesquels les passagers puissent passer sans s'arrêter et sans qu'il leur soit demandé de retirer leurs vêtements, ni de sortir les liquides ou les ordinateurs de leur bagage à main.

Tony Tyler à dit croire en la perspective que l'actuelle méthode de contrôle standardisée évolue vers un système basé sur le risque présenté par chaque individu.

L'industrie espère tester la nouvelle méthode fin 2014 dans quelques aéroports.

Tony Tyler a cité l'exemple du programme PreCheck en vigueur aux États-Unis, qui permet aux voyageurs réguliers qui acceptent de fournir certaines informations de garder leurs chaussures, leur ceinture et leur manteau lors du contrôle. Ce programme devrait être étendu à 35 aéroports d'ici la fin de l'année.

«Les choses peuvent mieux se passer, si vous acceptez de partager quelques informations», a expliqué John Pistole, à la tête de l'Agence nationale américaine de sécurité dans les transports (TSA). «Nous pourrions ainsi passer plus de temps sur (les passagers) sur lesquels on a le moins d'informations», a-t-il ajouté lors de la conférence.

Idéalement, l'Agence américaine de sécurité dans les transports souhaite pouvoir analyser l'historique des déplacements d'une personne, mais n'y est pas autorisée pour l'instant, a déclaré John Pistole.

Si l'on maintient les contrôles d'immigration et de sécurité en l'état actuel, alors que de plus en plus de passagers prennent l'avion, il n'y aura plus de place dans les terminaux pour assurer toutes les liaisons, a estimé James Bennett, le chef de la direction d'Abu Dhabi Airports et ancien responsable des aéroports de Washington.

Plusieurs aéroports ont déjà dû dépenser plusieurs millions de dollars pour mettre en place les procédures de sécurité complémentaires et ils n'ont plus beaucoup d'espace.

Le principal défi n'est pas de développer la technologie mais de faire en sorte que les pays s'accordent sur des procédures communes.

«Nous ne pouvons pas agrandir encore et encore les aéroports pour faire de la place pour les procédures existantes et les files d'attente, a estimé Tony Tyler, ajoutant: Ce manque d'uniformité sape notre crédibilité».

PLUS:pc