NOUVELLES

Le maire Labeaume fustige le commissaire au lobbyisme

16/10/2012 02:57 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Le maire Régis Labeaume juge « ridicule » la démarche du commissaire au lobbyisme, qui souhaite faire des vérifications à la suite d'une rencontre qui a eu lieu entre lui et son candidat pour l'élection partielle dans Saint-Rodrigue, Vincent Dufresne.

« J'ai hâte qu'il y ait une commission parlementaire sur le commissaire au lobbying parce que là, ça s'en vient ridicule », a lancé le maire Labeaume.

C'est un article du chroniqueur François Bourque, dans Le Soleil, qui a attiré l'attention du commissaire. Selon la version du journaliste, le directeur général de l'hôtel Pur, Vincent Dufresne, aurait sollicité une rencontre avec le maire Labeaume, il y a trois semaines, pour discuter d'un projet qui nécessite un changement de zonage dans le quartier Saint-Roch.

Vincent Dufresne n'est pas enregistré au registre des lobbyistes. Selon le commissaire, il pourrait donc s'agir là d'une activité de lobbyisme.

Le maire maintient plutôt que c'est la Ville et la conseillère Chantale Gilbert qui ont sollicité la rencontre. « Est-ce qu'il a d'autres choses à faire dans la vie que de s'occuper des affaires de même? Est-ce que le maire peut rencontrer du monde pour régler des projets? Est-ce qu'il peut le faire à sa demande à lui en plus? », a lancé le maire Labeaume.

« Est-ce qu'il peut aller un petit peu plus à l'ouest de la 20 et arrêter de chercher du trouble à Québec », a ajouté le maire Labeaume au sujet du commissaire au lobbyisme.

Le Bureau du commissaire au lobbyisme François Casgrain précise qu'il s'agit de vérifications effectuées au sujet de la rencontre, et non pas d'une enquête.

De son côté, la conseillère indépendante et chef de Démocratie Québec, Ann Guérette, estime qu'il faut faire confiance au jugement du commissaire. « Il a décidé d'aller voir, alors on va attendre les résultats. Quand le commissaire au lobbyisme annonce qu'il va faire des vérifications, je trouve ça correct parce que ça veut dire qu'il fait son travail », a-t-elle affirmé.

Rappelons qu'en février 2012, le maire Labeaume a reproché au commissaire au lobbyisme du Québec d'avoir fait beaucoup de bruit pour rien dans le dossier de l'amphithéâtre. Ce dernier estimait que cinq entreprises avaient enfreint la loi dans le dossier de l'attribution du contrat de gestion du futur amphithéâtre de Québec. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait finalement statué qu'il n'y aurait pas de poursuite contre ces entreprises en raison du délai de prescription.

PLUS: