NOUVELLES

LAB Chrysotile abandonne l'idée d'une réouverture de la mine Lac d'amiante

16/10/2012 04:23 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Le projet de relance des opérations de la mine d'amiante de LAB Chrysotile à Thetford Mines est suspendu indéfiniment.

L'entreprise affirme qu'elle n'arrive pas à attirer les investisseurs étrangers en raison de récentes déclarations politiques qui font planer l'incertitude sur l'industrie de l'amiante canadienne.

« Le verdict du gouvernement fédéral et provincial ne nous permet pas de poursuivre nos discussions avec des investisseurs étrangers. Nous ne demandons pas d'argent au gouvernement provincial, mais nous ne pouvons plus avancer », indique LAB Chrysotile dans un communiqué.

Le 14 septembre, le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, a affirmé qu'Ottawa ne s'opposerait plus à l'inscription de l'amiante sur la liste des produits chimiques dangereux de la convention de Rotterdam.

De son côté, le Parti québécois (PQ) a confirmé la semaine dernière le retrait du prêt de 58 millions de dollars promis par l'ancien gouvernement pour la relance de la mine d'amiante Jeffrey.

En campagne électorale, le PQ avait aussi dit songer à mettre sur pied une commission parlementaire dans le but d'aboutir à une « décision définitive » quant à l'avenir de l'industrie du chrysotile. Toutefois, selon la première ministre, Pauline Marois, il subsiste peu de doute sur le bannissement de l'amiante, « toutes les études sur la santé » allant dans ce sens.

LAB Chrysotile avait annoncé en octobre 2011 la suspension des activités à sa mine Lac d'amiante, à Thetford Mines, pour ensuite déclarer faillite le 30 décembre 2011. L'entreprise souhaitait toutefois reprendre la production en 2013, pour exploiter le minerai disponible sous l'ancienne route 112.

L'entreprise indique maintenant qu'à moins d'un revirement de situation majeur, la mine restera fermée et « toutes les options pour maximiser la valeur des installations seront évaluées ».

Près de 350 travailleurs étaient employés à la mine Lac d'amiante. Selon LAB Chrysotile, l'entreprise versait 17 millions de dollars en salaire annuellement.

PLUS: